•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle grippe expliquée

Une photo du virus de la grippe A (H1N1)

Le virus A (H1N1)

Photo : AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le virus qui circule actuellement profite d'une combinaison particulière qui provient de quatre souches différentes de virus de trois espèces: le porc, les oiseaux et l'humain. Explications.

Porcine, mexicaine ou nord-américaine? Si le nom de la grippe qui se propage actuellement varie d'un média à l'autre, l'alerte sanitaire qu'elle déclenche n'est basée que sur une seule souche virale: la A-H1N1.

Ces lettres signifient que nous sommes en présence d'un virus constitué d'une combinaison particulière qui provient de quatre souches différentes:

  • deux virus porcins
  • un virus aviaire
  • un virus humain

Comme les autres virus de grippe, le A-H1N1 entre dans le corps par les voies respiratoires supérieures. À partir de là, il peut se multiplier et atteindre d'autres cellules qu'il infecte, affaiblissant peu à peu l'organisme.

D'un humain à l'autre

Un virus grippal doit toutefois passer par une étape cruciale: il doit se transmettre d'un humain à l'autre.

De l'aveu même de la virologue française Sylvie van der Werf, de l'Institut Pasteur, cette étape durant laquelle le virus s'extrait de l'organisme pour en infecter un autre est mal connue.

Les virus A de la grippe comportent deux types de protéines de surface (hémagglutinine et neuraminidase), qui hérissent son enveloppe. Ils peuvent subir des changements majeurs et muter radicalement.

Afin de permettre de visualiser le patrimoine génétique du nouveau virus, la scientifique française fait appel à l'exemple du battage de cartes.

Les virus grippaux A sont formés de huit segments qui peuvent se présenter en de nombreuses combinaisons, ce qui permet aux virus d'avoir des origines diverses et d'évoluer. Ainsi, comme dans une partie de cartes, les virologues peuvent difficilement prévoir la constitution du prochain « nouveau » virus.

Lorsqu'il infecte le corps humain, ce virus se fixe sur les cellules respiratoires et traverse l'épithélium, une sorte de couche protectrice à la surface des tissus.

Il reprogramme alors la cellule et détourne ses activités à son profit: c'est-à-dire pour se multiplier.

Ainsi, chaque cellule infectée peut produire plusieurs centaines de virus, qui gagnent l'ensemble du système respiratoire.

Un virus peu connu

Les virologues n'ont pas de certitude quant à la réponse de l'organisme face à ce virus, puisqu'il est nouveau. Les humains ont quand même été exposés à d'autres membres de la famille H1N1, depuis 1978.

Les humains auraient donc un peu de mémoire immunitaire contre cet agent, contrairement au virus aviaire H5N1, totalement nouveau pour l'organisme.

La transmission entre humains ne se produit que par voie respiratoire, avec des gouttelettes riches en virus provenant de la toux et des éternuements des sujets infectés.

La durée d'incubation de cette grippe est de 3 à 7 jours, voire plus chez les jeunes enfants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !