•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Un prêt pour un ancien proche des Hells

Siège du Fonds de solidarité FTQ

Siège du Fonds de solidarité FTQ

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada apprend que le Fonds de solidarité FTQ pourrait perdre plus de 2,5 millions de dollars après avoir investi avec Ronald Beaulieu, un ancien sympathisant des Hells Angels.

Radio-Canada a appris que le Fonds de solidarité FTQ a investi des millions de dollars avec un homme qui était considéré comme un sympathisant des Hells Angels. Selon nos sources, Ronald Beaulieu aurait réussi à faire passer ses projets au Fonds grâce à ses liens d'amitié avec Jocelyn Dupuis, l'ex-directeur général de la FTQ-Construction. Le Fonds pourrait perdre plus de 2,5 millions de dollars avec ce mauvais placement.

Il ne reste plus rien de Fournitures d'hôtel et de restaurant Pascal, fondé il y a 70 ans par la famille Pascal, qui a aussi exploité les quincailleries du même nom. Le commerce a été vendu en 2006 à Ronald Beaulieu, qui a pu compter sur un prêt et une garantie de prêt totalisant 3,2 millions de dollars du Fonds de solidarité FTQ.

On peut voir Ronald Beaulieu sur une photo de police lors de son arrestation pour prêt usuraire dans le cadre de l'opération Sud, en 2004. Quarante et une personnes avaient été arrêtées, dont des figures connues des Hells Angels. La Sûreté du Québec (SQ) le décrivait alors comme un sympathisant des Hells Angels. Il a plaidé coupable à une accusation de taux d'intérêt criminel, en décembre de la même année.

Ronald Beaulieu est un ami de l'ex-directeur de la FTQ-Construction Jocelyn Dupuis, dont Radio-Canada a révélé les dépenses extravagantes.

Selon des sources à la FTQ-Construction et au Fonds de solidarité, ce serait en raison de cette amitié que le Fonds a investi avec M. Beaulieu dans Pascal.

Pascal, autrefois une entreprise prospère, plonge dans le rouge sous l'administration de M. Beaulieu. L'entreprise fait faillite en novembre, le déficit atteint près de 4,5 millions de dollars. Le Fonds de solidarité estime qu'il perdra au plus 2,6 millions dollars dans l'aventure.

Il a été impossible de poser des questions à Ronald Beaulieu. Les responsables du Fonds nous ont écrit qu'ils avaient exigé de M. Beaulieu qu'il obtienne aussi du financement ailleurs, compte tenu de son passé, ce qu'il a d'ailleurs obtenu auprès de la Banque de Montréal. Sauf que cette banque pourra, elle, récupérer une partie des sommes qu'elle a prêtées à M. Beaulieu, ce qui n'est pas le cas du Fonds de solidarité, selon le syndic de faillite.

Le Fonds de solidarité FTQ nous a dit que le dossier de Ronald Beaulieu a été traité avec les mêmes standards que dans les grandes institutions financières. Le fait qu'il ait déjà fait faillite en 1996 n'a pas dissuadé l'institution de faire des affaires avec lui, pas plus que ses antécédents criminels qui étaient connus du Fonds.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !