•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réaction immunitaire contre-attaque

Une tumeur au sein

Photo : AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des oncologues torontois réussissent à déclencher une réaction immunitaire améliorée au cancer, une percée qui conduira peut-être à des traitements où les propres cellules d'un patient serviront à détruire les tumeurs.

La réaction immunitaire de personnes atteintes du cancer a été améliorée à l'aide d'une nouvelle méthode développée par des chercheurs torontois.

Des oncologues de l'Hôpital Princess Margaret affilié à l'Université de Toronto estiment que cette percée conduira un jour à des traitements où les propres cellules d'une personne atteinte serviront à traquer et à anéantir les tumeurs cancéreuses.

La Dre Pamela Ohashi et ses collègues ont combiné un vaccin avec une substance produite naturellement par l'organisme, l'interleukine-7 (IL-7). Cette protéine aide les globules blancs à contrer la maladie et contribue à reconstituer les cellules détruites par une infection.

Cette découverte démontre le grand potentiel de l'immunothérapie dans le traitement du cancer.

Une citation de :Dre Pamela Ohashi

Les résultats de l'équipe torontoise et de leurs collaborateurs internationaux montrent que cette combinaison a prolongé de manière spectaculaire la vie de souris atteintes de cancer du pancréas.

Ainsi, les rongeurs qui ont reçu le traitement expérimental sont morts en 120 jours, alors que ceux qui n'ont pas été traités ont survécu seulement 80 jours.

Cette différence pourrait représenter plusieurs années de vie supplémentaires chez l'humain.

Les résultats complets de cette étude sont publiés dans le magazine Nature Medicine.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !