•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'OMS crée un comité d'urgence

Porc

Photo : AFP / Peter PARKS

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Inquiète de l'éclosion de centaines de cas humains de grippe porcine au Mexique et aux États-Unis, l'Organisation mondiale de la santé a « activé son centre d'opérations » pour récolter toutes les informations.

Craignant qu'une nouvelle souche de la grippe porcine ne donne naissance à une pandémie, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est mise en état d'alerte. L'OMS a « activé son centre d'opérations » pour récolter toutes les informations et centraliser l'action de l'organisation dans les situations d'urgence.

Plus tôt, l'OMS avait annoncé l'apparition de centaines de cas humains de grippe porcine au Mexique et aux États-Unis.

« Il y a aujourd'hui environ 800 cas (humains) suspects de grippe porcine, avec 57 morts, dans la région de Mexico », a annoncé Mme Fadéla Chaïb, porte-parole de l'OMS.

La porte-parole a indiqué que des « cas similaires » ont été découverts dans la région de San Luis Potosi, dans le centre du Mexique, où 24 patients ont été dénombrés, dont trois sont morts.

Au Mexique, les premiers signes de l'épidémie ont été relevés à la fin du mois de mars, avec un pic en avril, selon l'OMS.

« L'OMS est préoccupée, mais n'a pas connaissance pour le moment de consignes spécifiques pour les voyageurs », a indiqué Mme Chaïb.

L'inquiétude de l'OMS est justifiée par le fait que les porcs peuvent servir de « creuset » pour donner naissance à une nouvelle souche très virulente pour l'homme en combinant les matériels génétiques de la grippe porcine et de la grippe aviaire.

« Les porcs ont été impliqués dans l'apparition des nouvelles souches virales responsables de deux des pandémies de grippe du vingtième siècle », rappelle l'OMS.

Enquête au Mexique

Les autorités mexicaines ont confirmé vendredi l'apparition de la grippe porcine. Une enquête est en cours sur 50 décès et 943 cas suspects. Mais le ministre de la Santé, José Angel Cordova, a confirmé que 16 décès sont causés par la grippe porcine.

L'épidémie a provoqué une vingtaine de morts au cours du mois passé et neuf nouveaux décès ont été enregistrés ces 24 dernières heures, a indiqué le ministre de la Santé, sans donner plus de détails. « C'est un virus du porc qui a muté et qui s'est transmis à un homme », a-t-il précisé.

Le gouvernement mexicain a ordonné la fermeture totale des écoles et universités publiques et privées de la ville de Mexico et dans l'État de Mexico (centre du pays) pour enrayer la propagation de la maladie.

De son côté, Mexico a décidé de fermer ses musées, bibliothèques et théâtres publics pour endiguer la contamination de la population par ce qui semble être une nouvelle souche de grippe porcine

Une campagne massive de vaccination contre la grippe porcine est maintenant en cours au Mexique.

Prudence au Canada

L'OMS a indiqué être en contact avec les autorités canadiennes et américaines.

Les autorités canadiennes soutiennent qu'aucun cas suspect n'a jusqu'ici été relevé au Canada.

Cependant, le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario confirme que la province surveille de près une dizaine de voyageurs récemment rentrés du Mexique avec d'importants problèmes respiratoires.

Par ailleurs, des échantillons prélevés chez les Mexicains qui ont été atteints ont été acheminés au Laboratoire national de microbiologie, situé à Winnipeg, pour y être examinés. Les résultats détermineront si des liens doivent être établis entre les cas mexicains et ceux relevés aux États-Unis.

De son côté, l'Agence de la santé publique du Canada demande aux travailleurs de la santé de première ligne de signaler immédiatement tout cas possible de maladie respiratoire chez les voyageurs qui se sont rendus récemment au Mexique. La consigne de placer ces patients en isolement a également été transmise.

Inquiétude aux États-Unis

La Maison-Blanche prend au sérieux l'alerte à la grippe porcine, et le président Barack Obama a été informé de la situation, a indiqué un porte-parole vendredi.

De leur côté, les experts médicaux américains sont « très inquiets » concernant l'apparition de cas de grippe porcine. « Nous avons mis en place des centres opérationnels d'urgence », a indiqué le porte-parole des Centres de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC), Dave Daigle.

« C'est la première fois que nous voyons une souche aviaire, deux souches porcines et une souche humaine », a-t-il précisé.

Huit cas ont été enregistrés aux États-Unis, en Californie et au Texas. Aucun décès n'a été signalé dans le pays, où le virus responsable de la maladie a été identifié comme étant de la souche H1N1.

Le directeur du CDC, le Dr. Richard Besser, a déclaré vendredi que le dernier cas recensé aux États-Unis était un enfant de San Diego, qui est maintenant rétabli.

Les sept autres cas recensés touchent des personnes dont l'âge varie de 9 à 54 ans. Tous sont maintenant rétablis. Le Dr. Besser avoue toutefois que la situation est préoccupante.

« Nous sommes davantage préoccupés qu'hier », a-t-il dit en conférence de presse vendredi.

Épidémie de grippe porcineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !