•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestantes malmenées

Des manifestantes à Kaboul

Des manifestantes à Kaboul

Photo : AFP / SHAH Marai

Radio-Canada

Quelque 300 femmes qui manifestaient pour protester contre la nouvelle loi controversée sur le mariage pour la communauté chiite sont la cible de jets de pierre de la part de contre-manifestants.

La nouvelle loi controversée sur le mariage continue de susciter la colère d'une partie de la communauté chiite.

Quelque 300 femmes ont manifesté mercredi à Kaboul contre l'imposition de cette loi à la communauté chiite. Les opposants à cette loi estiment qu'elle légalise le viol conjugal.

« Nous ne voulons pas de cette loi de talibans », proclamait une banderole brandie par un groupe de femmes. « Cela fait peur d'être là, mais je ne pouvais pas rester simplement à la maison », confiait une jeune femme qui participait pour la première fois de sa vie à une manifestation.

Les policiers, des femmes en majorité, ont tenté de contenir des contre-manifestants qui criaient « Mort aux esclaves des chrétiens ». Certains ont jeté des cailloux en direction des manifestantes.

La loi, adoptée le mois dernier, avait provoqué la colère des organisations internationales de défense des droits de la femme et des pays occidentaux.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, avait indiqué que la loi était « extrêmement alarmante et inquiétante pour les alliés ». M. Cannon a également fait savoir qu'il avait demandé des explications au président afghan Hamid Karzaï.

Le ministère afghan de la Justice a annoncé le réexamen de ce texte controversé intégrant le code de la famille chiite à la législation afghane. Certains députés avaient également reconnu que la loi restreignait le droit des femmes.

Même s'il a été signé par le président Hamid Karzaï, le texte n'a pas été encore promulgué par le journal officiel. M. Karzaï a jugé hors de propos les critiques occidentales, mais il a promis que le texte serait au besoin remanié.

Cette loi stipule notamment qu'un époux peut avoir des relations sexuelles avec sa femme tous les quatre jours à moins que celle-ci ne soit malade. La loi dresse également la liste stricte des déplacements autorisés pour l'épouse hors du domicile.

Elle a été votée pour la seule population chiite du pays, soit entre 10 et 20 % des 30 millions d'Afghans.

Avec les informations de Associated Press