•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une convention collective chez Wal-Mart

Une employée dans un Wal-Mart
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un arbitre du travail impose un premier contrat de travail à la succursale montérégienne de la multinationale, quatre ans après l'accréditation syndicale de ses quelque 200 employés.

Plus de quatre ans après avoir obtenu leur accréditation syndicale, les quelque 200 employés du magasin Wal-Mart de Saint-Hyacinthe ont enfin une convention collective.

Un arbitre nommé par le ministère du Travail a imposé mardi un premier contrat de travail, d'une durée de deux ans, aux employés membres du syndicat des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce (TUAC). Les employés actuels du magasin auront droit à une augmentation de salaire de 30 ¢ de l'heure, qui sera suivie par une autre hausse de 30 ¢ dans un an, le 8 avril 2010.

D'autres augmentations pourraient s'ajouter à la suite de l'évaluation annuelle des employés.

Le directeur québécois des TUAC, Louis Bolduc, a indiqué à la Presse canadienne que les syndiqués avaient aussi obtenu le respect de l'ancienneté pour le choix des vacances, les promotions, les mises à pied et les rappels d'employés. Une procédure de grief et d'arbitrage sera également possible en cas de litige d'interprétation de la convention collective.

Enfin, un comité de santé et sécurité au travail sera créé à la succursale de Saint-Hyacinthe.

Pour sa part, la direction de Wal-Mart affirme que c'est le statu quo pour les employés, puisque leurs augmentations de salaire serviront à payer leurs cotisations syndicales.

Les employés du Wal-Mart de Saint-Hyacinthe sont affiliés aux TUAC depuis le 14 janvier 2005. En novembre 2006, après plusieurs mois de pourparlers infructueux, un arbitre a été nommé par le ministère du Travail et a entendu les parties pendant deux ans. Il avait pris le dossier en délibéré depuis décembre dernier.

Rappelons que le magasin Wal-Mart du secteur Jonquière, à Saguenay, avait fermé ses portes en avril 2005, après être devenu la première succursale de la province à avoir des employés syndiqués. Le cas de Jonquière est étudié par la Cour suprême, qui devrait rendre une décision dans les prochains mois.

En octobre 2008, Wal-Mart avait fermé l'atelier mécanique de sa succursale de Gatineau, après qu'un arbitre eut imposé là aussi une convention collective.

Récemment, la Commission des relations de travail de la Saskatchewan a rejeté une demande de réexamen de Wal-Mart concernant la syndicalisation de son magasin de Weyburn.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !