•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois langues valent mieux qu'une

classe-ecoliers

Photo : AFP / Jean-Christophe Verhaegen

Radio-Canada

Non seulement apprendre deux langues secondes ne surcharge pas les élèves du primaire, mais la deuxième langue apprise profite de la première, montrent des chercheurs suisses.

Apprendre deux langues secondes ne surcharge pas les élèves du primaire, qui profitent de la première dans leur acquisition de la seconde, ont démontré des chercheurs suisses.

La Suisse, pays qui compte quatre langues officielles, est un terreau fertile pour tester l'apprentissage des langues.

Une équipe de la Haute École pédagogique de Suisse centrale, à Lucerne, a observé 30 classes primaires de trois cantons qui étudient l'anglais dès la troisième année et le français dès la cinquième.

Les résultats montrent que les enfants qui ont commencé par apprendre l'anglais tôt apprennent ensuite mieux le français.

De plus, les jeunes qui grandissent dans un environnement plurilingue sont avantagés dans leur apprentissage oral du français.

L'enseignement de l'anglais n'a aucune influence sur la motivation des enfants à apprendre le français, relèvent aussi les auteurs de l'étude financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS).

Les travaux montrent aussi que la grande majorité des écoliers prennent plaisir à apprendre une autre langue.

Afin d'améliorer l'acquisition des connaissances, les chercheurs recommandent de tenir compte des connaissances linguistiques que possèdent déjà les jeunes dans l'apprentissage d'autres langues à l'école.

Une autre étude examine actuellement si les objectifs de l'enseignement des langues étrangères seront atteints à la fin de l'école primaire et si l'apprentissage de deux langues étrangères influe sur les compétences des enfants en allemand.