•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un prodige

Tobias Angerer, Sami Jauhojaervi et Alex Harvey

Tobias Angerer, Sami Jauhojaervi et Alex Harvey

Photo : AFP / Ned Alley

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alex Harvey a été accueilli en héros à l'aéroport Jean-Lesage mardi soir. « Je suis en train de me faire un prénom », a-t-il dit.

Alex Harvey était de retour à Québec, mardi soir, après ses débuts fulgurants en Coupe du monde de ski de fond.

Un comité d'accueil l'attendait à son arrivée à l'aéroport Jean-Lesage. Il y avait bien quelques amis, champagne en main... et une chorale de jeunes d'un sport étude ski de fond.

« C'est la première fois que j'ai tout ça pour moi, a dit Harvey. C'était agréable de voir tout ce monde-là à la porte.

« J'ai eu cinq courses dans les 10 premiers, deux podiums en Coupe du monde. Je ne m'attendais pas à ça à ma première saison senior. »

Alex Harvey a connu la meilleure course de sa saison le 14 mars dernier, en Norvège, avec le bronze au 50 km. Il a aussi conclu sa saison au 6e rang des finales de la Coupe du monde de Falun, fort de trois tops 10 de suite.

Désormais 26e du classement mondial, l'athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges verra désormais ses frais de voyage être payés par la Fédération internationale.

« J'ai gagné des Coupes du monde à 31, 32 ans, a expliqué son illustre père, Pierre. Lui, à 20 ans, il est 3e. Il a 10 ans d'avance. »

Même si Alex Harvey est maintenant qualifié pour les Jeux de Vancouver, il ne veut pas s'imposer de pression. « J'aime mieux ne pas y penser, pas tout de suite. »

D'ailleurs, son père pense qu'il fera face à des tricheurs aux JO.

« Quand on arrive aux Jeux olympiques, c'est sûr que le dopage, il en reste encore. Aux Jeux, s'il fait dans les 10 premiers, ce sera déjà extraordinaire. »

Si Pierre Harvey commande toujours le respect, son fils semble s'être trouvé une identité cette saison. « Le monde commence à réaliser que je suis Alex. Je suis en train de me faire un prénom. »

Le flambeau semble officiellement passé.

(D'après un reportage Stéphane Turcot)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !