•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Augmentation de la circulation en 2016

L'échangeur Turcot

L'échangeur Turcot (archives)

Radio-Canada

Le nouvel échangeur Turcot accueillera 20 000 voitures de plus par jour lors de sa mise en service en 2016, mais le ministère des Transports ne prévoit pas une hausse de la pollution de l'air.

La réfection de l'échangeur Turcot augmentera le flot de circulation dans le secteur de la Ville de Montréal, selon le rapport du Bureau des audiences publiques sur l'environnement rendu public mardi.

Le nouvel échangeur accueillera 20 000 voitures de plus par jour, mais le ministère des Transports du Québec (MTQ) mise sur des voitures moins polluantes, lors de l'entrée en service de la nouvelle infrastructure en 2016, pour maintenir la pollution de l'air au même niveau. La contamination des eaux de surface et des sols et les niveaux sonores seront en hausse dans le secteur.

Quelque 280 000 véhicules empruntent chaque jour l'échangeur Turcot, un flot qui passerait à 300 000 véhicules sur le nouvel échangeur qui sera construit aux coûts de 1,5 milliard de dollars. Le ministère soutient que, même sans le nouvel échangeur, le nombre de voitures augmenterait en raison de la croissance de la population.

Les opposants au projet déplorent le peu de place faite aux transports en commun. Le directeur du Conseil régional de l'environnement de Montréal, André Porlier, juge que le gouvernement, même s'il dit travailler en concertation avec tous les acteurs, n'a pas tenu compte des demandes de son organisme.

Aujourd'hui, c'est une grande déception pour les Montréalais de constater qu'à Québec on ne semble pas sensible aux préoccupations des Montréalais

André Porlier

Outre la pollution, le projet entraînera l'expropriation de 25 immeubles résidentiels, 174 familles seront ainsi dépossédées, et de 36 commerces. Les propriétaires seront dédommagés et des frais de déménagement seront assumés par le gouvernement.

Les travaux, qui s'amorceront en 2009, s'échelonneront sur 7 ans.

Le BAPE présente au public les études d'impacts fournies par le MTQ, mais aucune audience publique n'est prévue. Toutefois, il suffirait qu'un citoyen en fasse la demande pour qu'elle ait lieu, auquel cas les travaux de réfection pourraient être retardés. Le MTQ a refusé de commenter.

Des centaines et des centaines de pages sont mises à la disposition du public, qui aura jusqu'au 8 mai pour les consulter. Les citoyens pourront également poser leurs questions lors de séances d'information, les 20 et 21 avril prochain.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !