•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa ferme le robinet

Jason Kenney

Jason Kenney

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre fédéral de l'Immigration met fin aux subventions accordées à la Fédération canado-arabe parce qu'elle aurait ouvertement appuyé les groupes « terroristes » du Hamas et du Hezbollah.

Le ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney, a décidé de mettre fin aux subventions accordées à la Fédération canado-arabe. Selon lui, l'organisme aurait ouvertement appuyé des groupes terroristes.

Dans un discours devant des étudiants de l'Université de Toronto, mercredi, il a dit que le président de la Fédération (FCA), Khaled Mouamar, souhaitait que le Canada considère le Hamas et le Hezbollah comme des « organisations légitimes ».

Sur le site du ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration, il est écrit que « le Hezbollah et le Hamas sont inscrits sur la liste des groupes terroristes interdits par le gouvernement du Canada, conformément aux dispositions du Code criminel du Canada ».

La décision du ministre était prévisible. En janvier, il avait déjà menacé de revoir le versement de subventions à la FCA lorsque son président avait critiqué des politiciens canadiens pour leur prise de position durant l'offensive israélienne dans la bande de Gaza.

Puis, le 17 février, le ministre Kenney déclarait que « [...] la Fédération canado-arabe a envoyé à tous la semaine dernière, y compris aux parlementaires, des vidéos de propagande, incitant les enfants à la haine, réalisées par des organisations comme le Hamas et le Jihad islamique. Ces organisations sont libres [...] de dire le fond de leur pensée [...]. Toutefois, elles ne doivent pas s'attendre à recevoir des ressources de l'État [...] ».

Le journal Toronto Star ajoute que le ministre Kenney a déclaré mercredi que la population canadienne « devait exercer de manière responsable la liberté d'expression et devait être prudente face à la résurgence de nouvelles formes d'antisémitisme ».

Le directeur de la (FCA), Mohamed Boudjenane, se dit surpris et affirme que son organisation avait un contrat avec le gouvernement jusqu'en mars 2010 pour offrir des cours d'anglais aux nouveaux arrivants. Selon M. Boudjenane, ce sont les nouveaux arrivants qui seront les plus pénalisés par ces décisions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !