•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.



Lancé en 2006, Twitter (Nouvelle fenêtre) est un phénomène web en pleine expansion. Depuis quelques mois, il ne se passe pas une journée sans que les blogues technos ou les sections consacrées au web sur les sites de nouvelles ne parlent de ce site.

Peut-être faites-vous déjà partie de ces utilisateurs convaincus... ou peut-être ce nom ne vous est-il que vaguement familier. Il faudra vous y habituer, car le site connaît une croissance fulgurante et devient un incontournable du web.

Mais à quoi ça sert?

« Twitter est un service qui permet aux amis, aux membres d'une famille et aux collègues de communiquer entre eux et de rester en contact grâce à l'échange de réponses rapides et fréquentes à une question simple: que faites-vous présentement? » [traduction libre], peut-on lire sur la page d'accueil du site.

Il s'agit en fait d'un site qui permet de créer son microblogue, de façon à générer de courts messages de 140 caractères ou moins. En anglais, on appelle ces messages des tweets ou encore, si l'on traduit, des gazouillis.

Vous pouvez bloguer en direct à partir de votre ordinateur ou même de votre téléphone cellulaire grâce à diverses applications.

À la base, le site permettait aux internautes de dire ce qu'ils étaient en train de faire, mais les usages qu'on peut en faire se sont diversifiés. Par exemple, on s'en sert également pour chercher une réponse à une question, publiciser une activité, signaler une vidéo, un billet ou un texte qu'on a aimé, ou encore pour témoigner d'un événement auquel on vient d'assister.

Pour illustrer la diversité des contenus de Twitter, mentionnons que les microblogueurs les plus suivis sont CNN, Barack Obama... et Britney Spears.

Jacques Attali (Nouvelle fenêtre), écrivain, économiste et ancien haut fonctionnaire français, résume ce qu'est Twitter sur son blogue du magazine L'Express. Il écrit notamment: « En écoutant, en lisant, en suivant Twitter, on peut avoir le miroir d'un monde de plus en plus sommaire, global, intégré, qui fera peut-être ainsi bientôt converser télégraphiquement, gratuitement, simultanément, en permanence, plus de 100 millions de personnes. Mais un monde aussi de plus en plus envahi par des leurres, car il sera difficile d'éviter les publicités, les pourriels, les mensonges, les voleurs d'identité [...]. » Il ajoute toutefois: « Twitter contourne la censure, même quand Internet est surveillé: on ne peut plus contrôler les messages envoyés par les téléphones portables. C'est donc un élément de la démocratie. »

CommonCraft, qui vulgarise des concepts dans des vidéos, explique ici (Nouvelle fenêtre) ce qu'est Twitter (en anglais):

Radio-Canada sur Twitter

Radio-Canada tient quelques micro-blogues. Vous pouvez suivre les dernières nouvelles (Nouvelle fenêtre).

Vous pouvez également être avertis de la publication des billets de la chronique Sur le web (Nouvelle fenêtre).

Les sections Arts et spectacles (Nouvelle fenêtre) et Sports (Nouvelle fenêtre), le blogue économique La crise et vous (Nouvelle fenêtre) de Nicolas Duguay de même que le Carnet techno (Nouvelle fenêtre) de Bruno Guglielminetti sont eux aussi présents sur Twitter.

Quand les stars gazouillent

Les vedettes ne sont pas en reste. Plusieurs vedettes, d'horizons et d'intérêts divers, voient un intérêt à être présentes sur Twitter, par exemple les humoristes Jimmy Fallon et Tina Fey (qui a imité la républicaine Sarah Palin), les acteurs William Shatner (l'ancien capitaine Kirk de Star Trek) et Jane Fonda, les musiciens du groupe ColdPlay et le rappeur MC Hammer ou encore le joueur vedette des Suns de Phoenix, Shaquille O'Neill. Les profils de Britney Spears (Nouvelle fenêtre), d'Ashton Kutcher (Nouvelle fenêtre) ou encore du cycliste Lance Armstrong (Nouvelle fenêtre) sont suivis avec beaucoup d'attention par des centaines de milliers d'internautes. Ils écrivent ce qu'ils font plusieurs fois par jour.

On peut par exemple lire que la première est allée « jouer au bowling avec ses danseurs », que le deuxième « consacre sa journée à obtenir un bronzage parfait » ou que le septuple gagnant du Tour de France vient de se soumettre à un contrôle de dopage surprise.

Au-delà des anecdotes racontées, Twitter peut s'avérer pratique pour ses membres. Lorsque Lance Armstrong s'est fait voler son vélo il y a environ un mois, il a publié un tweet (Nouvelle fenêtre) et une photo (Nouvelle fenêtre) pour avertir la communauté Twitter... qui l'a aidé à retrouver son Trek TTX d'une valeur de 10 000$ dans les 48 heures.

Le joueur de basketball Charlie Villanueva (Nouvelle fenêtre), des Bucks de Milwaukee, a malgré lui lancé un débat sur le phénomène Twitter. En mars 2009, il a profité de la pause lors d'un match important pour dire aux internautes: « Nous jouons contre les Celtics, match à égalité à la mi-temps. Le coach veut plus de robustesse. Je dois jouer avec plus d'intensité. » L'entraîneur n'a pas apprécié, estimant que son joueur aurait dû se concentrer sur la partie (malgré sa bonne performance). Le joueur de basketball a accepté de ne plus gazouiller pendant une partie, même s'il ne voit pas en quoi il a pu mal se comporter. Il a d'ailleurs écrit par la suite qu'il ne voyait pas en quoi écrire sur Twitter nuisait plus à la concentration qu'accorder une entrevue à la télé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !