•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prison à vie pour Josef Fritzl

Josef Fritzl
Josef Fritzl Photo: AFP / Pool/Robert Jaeger
Radio-Canada

Le père de famille qui a séquestré et violé sa fille dans la cave de son domicile d'Amstetten pendant 24 ans est condamné à la prison à vie. Il sera incarcéré dans une institution psychiatrique.

Josef Fritzl, ce père de famille autrichien qui a séquestré et violé sa fille Elisabeth dans la cave de son domicile d'Amstetten pendant 24 ans, lui faisant sept enfants, a été condamné à la prison à vie, jeudi. Il sera incarcéré dans une institution psychiatrique.

Après quatre jours de procès, trois juges et huit jurés ont reconnu l'homme de 73 ans coupable des six chefs d'accusation auxquels il faisait face, soit meurtre par négligence, esclavage, séquestration, viol, inceste et menaces aggravées.

Fritzl, qui avait plaidé coupable aux accusations de meurtre et d'esclavage mercredi, a accueilli le verdict sans broncher. Il a fait savoir qu'il acceptait le verdict et qu'il ne porterait pas sa cause en appel.

Plus tôt dans la journée, avant que les jurés ne se retirent pour délibérer, il avait déclaré: « Je regrette de tout mon coeur, mais je n'y peux plus rien, malheureusement ».

En lever de rideau lundi, Fritzl avait plaidé non coupable aux accusations d'esclavage et de meurtre. Il a déclaré avoir changé d'avis après avoir entendu le témoignage de 11 heures de sa fille, enregistré plus tôt sur vidéo et diffusé à huis clos.

Le chef d'accusation de meurtre par négligence était le plus important, parce qu'il est celui qui pouvait entraîner la peine la plus sévère. Le cumul des peines n'existe pas en Autriche.

Fritzl avait déjà admis qu'il avait enfermé sa fille et qu'il était le père de ses sept enfants. Trois d'entre eux sont demeurés en captivité avec leur mère, trois autres ont été « adoptés » par leur père. L'accusation de meurtre portait sur le décès du septième enfant, un jumeau mort peu après sa naissance, que Fritzl a brûlé dans la chaudière de sa maison.

Le procès de Fritzl a été qualifié de « procès du siècle » par la presse autrichienne. Il a d'ailleurs soulevé beaucoup d'intérêt partout dans le monde.

Histoire d'horreur

Cette histoire d'horreur qui a secoué l'Autriche a été révélée au grand jour en avril 2008, lorsque la plus âgée des enfants maintenus captifs, une femme de 19 ans, a été admise à l'hôpital pour une maladie mystérieuse.

Les médecins ont alors demandé à voir sa mère pour connaître ses antécédents médicaux. Contre toute attente, Josef Fritzl s'est présenté à l'hôpital avec sa fille, officiellement portée disparue. La jeune femme a saisi l'occasion pour se libérer de son bourreau.

Elisabeth Fritzl a raconté avoir été entraînée par son père en 1984 dans la cave de la maison, dont l'accès, nécessitant un code secret, était dissimulé derrière des étagères. Elle a été droguée et menottée à cet endroit dépourvu de fenêtre et n'en est plus jamais sortie. C'est là qu'elle a eu ses sept enfants, sans aucune assistance médicale.

Les deux aînés, âgés de 19 et 18 ans au moment de leur libération, ainsi que le benjamin, âgé de 5 ans, sont demeurés prisonniers de la cave toute leur vie, privés de lumière du jour et de toute éducation.

Les trois autres enfants qui ont survécu ont été pris en charge par Fritzl et sa femme, après avoir été « abandonnés » devant la porte de leur domicile. Selon les procureurs, la femme de Fritzl n'avait rien à se reprocher dans cette affaire. Elle n'a pas été accusée de quoi que ce soit.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters