•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À qui appartient le pôle Nord?

L'Arctique en septembre
Radio-Canada

Des chercheurs canadiens survoleront le territoire arctique afin d'en cartographier les crêtes sous-marines, ce qui aidera à déterminer à quel pays revient la souveraineté sur cette région.

Le débat sur la propriété du pôle Nord entre dans une nouvelle phase. Le Canada s'apprête à survoler le territoire afin de recueillir des informations qui permettront peut-être d'établir à qui il appartient.

Un avion spécialement équipé effectuera des vols en direction du pôle à partir de l'île d'Ellesmere et du Groenland, pour cartographier les crêtes (dorsales) sous-marines, afin d'établir quel pays contrôle cette partie du plancher sous-marin.

Selon la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, c'est à partir du plancher du plateau continental que les nations commencent à mesurer les 200 milles marins dont elles peuvent revendiquer la souveraineté.

L'analyse des fluctuations du champ gravitationnel permettra de préciser les dimensions des dorsales Lomonosov et Alpha, qui définissent les limites du plateau continental.

Selon les scientifiques canadiens qui participent à la mission, les grandes formations géologiques comme les montagnes sous-marines créent un champ gravitationnel plus marqué.

Déjà, en 2007, la Russie s'était attribué la propriété du pôle Nord en envoyant un minuscule sous-marin planter un drapeau russe sur le plancher océanique.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Peter MacKay, avait estimé à l'époque que ce geste était une manoeuvre digne du 15e siècle (voir notre nouvelle).

Un scientifique canadien à la retraite a récemment déclaré que des données préliminaires montreraient que le pôle appartient au Danemark.

Une conclusion prématurée, selon Jacob Verhoef, le géophysicien du ministère canadien des Ressources naturelles chargé du projet conjoint d'observation Canada-Danemark. Selon lui, il est possible que le pôle Nord soit bel et bien situé en territoire canadien.

L'observation des airs devra cependant être confirmée par des mesures prises directement sur les fonds marins.

À cette fin, le gouvernement canadien prévoit acheter deux mini-sous-marins, qui devraient être déployés sous la banquise au printemps 2010.

Pourquoi cet intérêt soudain ?

La disparition des glaces dans cette région du globe en raison du réchauffement laisse entrevoir la possibilité de l'ouverture des passages du Nord-ouest et du Nord-est entre l'Atlantique et l'Asie. Ces routes seront beaucoup plus courtes que celles de Suez ou de Panama. Elles offrent donc un intérêt commercial et industriel important pour les pays qui les contrôleront. En outre, elles permettront l'exploitation de gisements de pétrole et de minerais jusqu'ici hors d'atteinte.