•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bronze à Harvey

Tobias Angerer, Sami Jauhojaervi et Alex Harvey

Tobias Angerer, Sami Jauhojaervi et Alex Harvey

Photo : AFP / Ned Alley

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le fondeur Alex Harvey monte sur le podium. Il remporte sa première médaille individuelle avec le bronze au 50 km classique de la Coupe du monde de Trondheim, en Norvège.

Le fondeur Alex Harvey a réalisé tout un exploit, samedi, en récoltant la médaille de bronze du 50 km style classique de la Coupe du monde de Trondheim, en Norvège.

L'athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges a terminé l'épreuve à 33,2 s du gagnant, le Finlandais Sami Jauhojaervi.

Jauhojaervi l'a emporté en 2 h 2 min 39 s. L'Allemand Tobias Angerer a pris le 2e rang, à 21,8 s de Jauhojaervi.

Jusqu'à la ligne d'arrivée, Harvey a résisté au Russe Maxim Vylegzhanin, qu'il a distancé de 1,5 s.

Le skieur de 21 ans décroche ainsi sa première médaille à une épreuve individuelle de la Coupe du monde. En janvier, à Whistler, il avait aussi obtenu le bronze du sprint par équipe en compagnie de George Grey.

Chez les autres Canadiens, Devon Kershaw a pris le 7e rang, à 1:52,8 du vainqueur, tandis que David Nighbor s'est classé 29e et Dan Roycroft 49e.

Une course enlevante

Harvey a connu un départ sans éclat. Toutefois, il a su se maintenir assez près du meneur. Après 4,6 km, il occupait le 37e rang. Il a lors explosé pour se hisser en 8e place, après 9,4 km de parcours.

Le Québécois a même fait preuve d'audace pour prendre la tête de l'épreuve après 21,2 km. Il a d'ailleurs conservé cette position pendant plus de 9 km. Il reculera au 6e rang pour se stabiliser en 3e place.

« En Coupe du monde, dans les courses de départ de masse, les gars skient tout le temps ensemble et s'observent, presque comme le vélo de route. Dans ma tête, ce n'est pas ça le ski de fond. C'est un sport où tu te bats contre toi-même et où il faut souffrir un peu », a affirmé Harvey pour expliquer ses décisions.

Et sur 50 km, la stratégie s'avère déterminante.

« Je ne me suis jamais mis dans le rouge. Je skiais à la limite de mes capacités pour ne pas produire trop d'acide lactique. J'en gardais tout le temps en dessous de la pédale un peu. Je savais que quand les gars reviendraient sur moi, j'allais devoir réagir et c'est exactement ce qui est arrivé », a-t-il précisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !