•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SPVM débouté

Des agents du SPVM en pantalon de camouflage

Des agents du SPVM en pantalon de camouflage

Radio-Canada

Le Conseil des services essentiels rejette une requête du Service de police de la Ville de Montréal qui veut forcer ses agents à porter la tenue réglementaire lors de la manifestation contre la brutalité policière prévue dimanche.

Le Conseil des services essentiels a rejeté, jeudi soir, une requête du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui réclamait que ses policiers revêtent intégralement l'uniforme réglementaire.

Le SPVM craignait que ses agents, qui portent des pantalons de camouflage depuis le début de leur conflit de travail, soient confondus avec des activistes au cours de la manifestation contre la brutalité policière, prévue dimanche.

Le Conseil des services essentiels a toutefois répliqué, par la voix de sa vice-présidente Françoise Gauthier, que les questions de sécurité au travail ne sont pas de sa compétence.

Le SPVM étudie la possibilité de porter sa cause en appel devant la Cour supérieure dès vendredi. Il a été déjà débouté en septembre dernier par le Conseil des services essentiels sur la même question du port du pantalon de camouflage.

Les 4700 policiers du SPVM sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2006. Ils ont entrepris des moyens de pression en juillet 2008 après l'échec des négociations avec leur employeur. Ces moyens de pression incluent notamment le port d'un pantalon non réglementaire.

Un « service d'ordre majeur » en perspective

Témoignant devant le Conseil des services essentiels, Sylvain Brouillette, directeur adjoint aux opérations du SPVM, a donné quelques détails sur le « service d'ordre majeur » prévu par les policiers pour la manifestation du Collectif opposé à la brutalité policière de dimanche:

  • Compte tenu de la météo qui prévoit du soleil et une température au-dessus de zéro, les autorités policières attendent entre 800 et 2000 manifestants. L'an dernier, la manifestation avait attiré 800 personnes.
  • À cette occasion, les policiers comptent expérimenter de nouvelles techniques d'intervention. Il y aura une demi-douzaine d'observateurs de la police de Toronto pour observer le déroulement des opérations.
  • Le niveau de violence au cours des manifestations du COBP a augmenté avec les années, a dit M. Brouillette. Et les policiers sont de plus en plus la cible de cette violence, alors qu'auparavant les manifestants s'en prenaient surtout à des symboles de l'impérialisme américain, comme les restaurants McDonald's. Ainsi, au cours des cinq dernières manifestations du COBP, trois policiers ont été blessés par des projectiles ou au cours d'agressions directes.
  • Avec la controverse entourant le projet de la Ville d'interdire de manifester masqué - projet qui a finalement avorté, le SPVM s'attend à ce que la majorité des manifestants soient masqués.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !