•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Des dépenses excessives

Jocelyn Dupuis

Jocelyn Dupuis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada a appris qu'un ancien directeur général du syndicat, Jocelyn Dupuis, a réclamé le remboursement de 125 000 $ en six mois pour des dépenses en alcool et en restaurants.

Jocelyn Dupuis a été pendant 11 ans, jusqu'en novembre dernier, le directeur général de la FTQ-Construction, un syndicat de 70 000 membres.

Jocelyn Dupuis s'est fait rembourser 125 000 $ en dépenses en 6 mois.

Selon 34 rapports de dépenses et 109 factures que Radio-Canada a obtenus, Jocelyn Dupuis s'est fait rembourser une moyenne de 4753 $ par semaine, seulement en repas au restaurant.

Certaines factures font état de soirées bien arrosées, comme une réclamation à La Mise au Jeu du Centre Bell pour 1078 $, dont 630 $ seulement en alcool.

Au restaurant Cavalli, la FTQ-Construction a dépensé 24 294 $ en deux mois.

Si certaines factures sont détaillées, la plupart des documents sont des reçus remplis à la main, souvent des mêmes restaurants.

Yolande Gervais, experte judiciaire en écriture et documents, a analysé pour Radio-Canada les documents, dont des reçus du Resto-Pub Ste-Thérèse pour des repas dont le coût variait de 200 à 2000 $.

Des reçus, toujours signés par une certaine Claudette.

C'est M. Dupuis qui a signé Claudette. C'est bien son écriture qu'on retrouve et qui a signé aussi d'autres noms qu'on retrouve sur d'autres factures.

Yolande Gervais

Chez Hawgs Deli, on confirme que Jocelyn Dupuis prenait des toasts et du café, qu'il est donc impossible qu'il ait pris un repas pour 681 $.

Le principal intéressé Jocelyn Dupuis, que Radio-Canada a joint en Floride, n'a pas nié les montants de ses réclamations.

Ça a jamais changé depuis que la FTQ-Construction existe. Ça a toujours été pareil, bout à bout. C'est autorisé. C'est tout. Ça a été approuvé par l'exécutif.

Jocelyn Dupuis

Jocelyn Dupuis dit avoir pris sa retraite du monde syndical avec le sentiment du devoir accompli. Il a touché une indemnité de départ de 140 195 $.

La nouvelle direction de la FTQ-Construction et le président de la FTQ, Michel Arsenault, ont refusé de commenter ce que Radio-Canada a découvert.

Des révélations non sans risque

Les rapports de dépenses de Jocelyn Dupuis ont été rendus publics par Ken Pereira, président du syndicat des mécaniciens industriels, un syndicat affilié à la FTQ-Construction.

En rendant publiques ces allocations de dépenses, Ken Pereira dit craindre pour sa vie.

J'ai eu des appels chez nous. Des appels, on peut dire... que je peux pas prouver, j'ai des cellulaires... "on va t'avoir mon cochon".

Ken Pereira

C'est connu, ça joue parfois dur dans l'industrie de la construction. En 2005, un représentant d'un autre syndicat de la FTQ-Construction, Johny Bertolo, était assassiné.

Selon Michel Auger, spécialiste en affaires criminelles, M. Bertolo était un trafiquant de drogue proche de Vito Rizzuto et de Raynald Desjardins, deux personnages bien en vue dans le milieu criminel.

Raynald Desjardins est aussi un ami de Jocelyn Dupuis. Les deux sont associés dans un projet de décontamination. D'ailleurs, le nom de Raynald Desjardins apparaît à quelques reprises sur les reçus de restaurant de Jocelyn Dupuis.

Ken Pereira affirme avoir averti le président de la FTQ, Michel Arsenault, de l'existence de ces allocations de dépenses. M. Arsenault lui aurait dit personnellement « que le problème, on devrait le régler entre nous autres ».

Avec son consentement, M. Pereira est allé voir tous les directeurs avec les papiers en question. « Une semaine plus tard, l'exécutif s'est mis ensemble, puis ils ont voté six contre deux pour m'expulser de la FTQ-Construction », raconte Ken Pereira.

M. Pereira n'a finalement pas été expulsé de la FTQ. Mais les policiers lui ont conseillé de se mettre sous leur protection, ayant eu vent de nouvelles menaces contre lui.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.