•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harper sans illusion sur la victoire

Dans une entrevue au réseau américain CNN, le premier ministre admet qu'il est impossible que les forces étrangères vainquent les insurgés talibans, mais qu'elles doivent aider les Afghans à mieux faire face à la rébellion.

Stephen Harper en entrevue au réseau CNN

Le premier ministre Stephen Harper poursuit son analyse de la situation en Afghanistan dans des entrevues aux médias américains.

Dans un entretien avec l'animateur Fareed Zakaria, diffusé sur les ondes du réseau CNN, dimanche, M. Harper a admis qu'il était impossible de vaincre les insurgés talibans. Selon lui, l'objectif de la mission militaire en Afghanistan est d'aider le gouvernement d'Hamid Karzaï à mieux gérer cette insurrection.

Le premier ministre du Canada a ajouté que la présence de forces étrangères en Afghanistan ne pouvait être éternelle.

Franchement, à mon avis, nous ne vaincrons jamais l'insurrection. L'Afghanistan a probablement toujours été aux prises avec une insurrection, selon ma lecture des événements.

Stephen Harper

La semaine dernière, dans une autre entrevue à CNN avec l'animateur Wolf Blitzer, M. Harper avait tenu des propos similaires. Il estimait alors qu'une défaite des insurgés et l'instauration d'une démocratie moderne en Afghanistan n'étaient pas des objectifs réalistes.

« Historiquement, l'Afghanistan a été un pays indompté (untamed). Alors, je pense que l'idée de mater complètement une insurrection est irréaliste », a dit le premier ministre canadien.

Ce que nous voulons, c'est un gouvernement central qui peut s'occuper quotidiennement de ses responsabilités en matière de sécurité. Je crois que c'est ainsi que l'on devrait définir une victoire.

Stephen Harper, le 21 février dernier

M. Harper a rappelé à Wolf Blitzer qu'en vertu d'une résolution de la Chambre des communes, le Canada devra se retirer et remettre à l'armée afghane le contrôle de la province de Kandahar en février 2011.

Le porte-parole de l'opposition officielle libérale en matière d'affaires étrangères, Bob Rae, a déclaré que les propos de M. Harper devraient ouvrir la porte à une redéfinition du mandat des Forces canadiennes en Afghanistan. Selon M. Rae, on ne parle pas assez de développement et de diplomatie.

Dans une entrevue publiée dans le Wall Street Journal, samedi, le premier ministre Harper a affirmé que la mission en Afghanistan était un test important pour l'avenir de l'OTAN. Il a affirmé que les États-Unis devaient concevoir leur stratégie en ayant l'objectif d'aider les Afghans à s'occuper eux-mêmes des rébellions.

Quelque 2700 soldats canadiens sont déployés dans le sud de l'Afghanistan. Depuis l'arrivée des Forces canadiennes dans ce pays, en 2002, 108 militaires ont perdu la vie.

Aucun thème sélectionné