•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Américains partagés

Michael Mullen, Barack Obama et Robert Gates
De gauche à droite, une photo de Michael Mullen, Barack Obama et Robert Gates prise le 27 février 2009. Photo: AFP / MANDEL NGAN

Tandis que le chef d'état-major interarmées américain juge que l'Iran détient suffisamment de matériaux pour fabriquer une bombe atomique, le secrétaire à la Défense se montre beaucoup plus prudent.

Les Américains divergent sur la possibilité que l'Iran puisse avoir une arme nucléaire. Selon le secrétaire à la Défense, Robert Gates, ce pays est loin de posséder l'arsenal nécessaire pour produire une seule arme.

Ainsi, il estime que la communauté internationale dispose du temps qu'il faut pour convaincre l'Iran de renoncer à ses activités nucléaires. Robert Gates ajoute que les sanctions internationales ont maintenant de bonnes chances de succès compte tenu de la baisse des prix du pétrole. Il s'agit de la principale source de revenus pour l'Iran.

Au contraire, le chef d'état-major interarmées, l'amiral américain Michael Mullen, a jugé dimanche que l'Iran détenait suffisamment de matériaux fissiles pour fabriquer une bombe atomique.

Et l'Iran doté d'une arme nucléaire, je le pense depuis longtemps, c'est une très mauvaise perspective pour la région et pour le monde.

Michael Mullen

Les commentaires de l'amiral Mullen interviennent alors que les États-Unis et des alliés européens sont de plus en plus inquiets quant à la possibilité que Téhéran parvienne à enrichir suffisamment d'uranium pour fabriquer une bombe nucléaire.

D'ailleurs, un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) souligne que l'Iran a fait des avancées dans son processus d'enrichissement d'uranium. Selon l'organisation, l'Iran dispose désormais de 1010 kilogrammes d'uranium faiblement enrichi issus de son centre de traitement situé à Natanz.

Selon David Albright, un expert de l'institut ISIS à Washington cité par l'AFP, cette quantité suffit à fabriquer une bombe atomique une fois convertie en uranium hautement enrichi.

Avec les informations de Agence France-Presse

Aucun thème sélectionné