•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des CF-18 interceptent un bombardier russe

Un Tupolev 95, du nom de code BEAR.

Un Tupolev 95, du nom de code BEAR.

Photo : La Presse canadienne / AP/Ministère japonais de la Défense

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un Tupolev-160 s'est approché de l'espace aérien canadien la veille de la visite de Barack Obama à Ottawa, ce qui provoque l'ire d'Ottawa.

Un bombardier russe s'est approché de l'espace aérien canadien, sans y entrer, 24 heures avant la visite à Ottawa du président Barack Obama, le 19 février dernier. Deux chasseurs canadiens ont décollé pour l'intercepter, a révélé le ministre de la Défense Peter MacKay.

Au sortir d'une réunion avec le général Gene Renuart, commandant de la défense aérospatiale nord-américaine (NORAD), en compagnie du général Walt Natynczyk, chef d'état-major de la Défense, le ministre a indiqué vendredi que les deux F-18 avaient fait signe au bombardier Bear de faire demi-tour. L'appareil russe a obtempéré, selon M. MacKay.

Réagissant à cette annonce lors d'une conférence de presse en Saskatchewan, le premier ministre Stephen Harper s'est dit profondément préoccupé « face aux actions de plus en plus agressives des Russes dans le monde et dans notre espace aérien ».

Nous défendrons notre espace aérien [...]. Nous riposterons à chaque fois que les Russes se livreront à toute sorte d'intrusion visant la souveraineté du Canada.

Une citation de :Stephen Harper

Le commandement des forces aériennes russes a confirmé vendredi l'existence d'une patrouille aérienne le 18 févrer. Du même souffle, il a affirmé que l'appareil, un Tupolev 160, accomplissait sa « mission » dans le respect des règles internationales.

M. MacKay n'a pas accusé les Russes d'avoir fait cela « délibérément » lors de la visite du président américain au Canada, mais il y voit « une forte coïncidence ». Il a noté au passage « un accroissement de l'activité » aérienne russe dans l'Arctique ces derniers temps.

Le ministre Peter MacKay et le chef d'État-major Walter Natynczyk accueillent le général Gene Renuart du NORAD.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre Peter MacKay et le chef d'État-major Walter Natynczyk accueillent le général Gene Renaurt du NORAD.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Un accroissement confirmé par le général Renuart, qui a ajouté que les forces russes se montraient « professionnelles » dans leur façon de mener leurs opérations. Et de préciser: « Mais je pense qu'il est prudent pour les deux pays de maintenir une défense aérienne intégrée solide, afin d'être sûr que tout appareil qui s'approche de notre espace aérien sans être enregistré ou sans plan aérien puisse être identifié et que nous puissions évaluer s'il y a une vraie menace ou non ».

Une question de souveraineté en Arctique

Le ministre MacKay y voit une « démonstration de la capacité militaire russe ». Et il se soucie surtout de la souveraineté canadienne en Arctique. « Il est nécessaire d'être vigilant et d'avoir une véritable présence en Arctique - dans l'espace aérien, sur le terrain et sur les eaux. Il est plus facile d'avoir notre armée, nos Rangers, pour démontrer notre capacité et notre présence. »

Il a ajouté que les Russes n'avertissaient pas Ottawa de ces vols près de l'espace aérien canadien. Des représentants du gouvernement, y compris M. MacKay, ont demandé à l'ambassadeur russe et au ministre de la Défense d'y remédier. Leurs demandes sont toutefois restées lettre morte, selon M. MacKay.

Démonstration de force

Des avions russes faisaient fréquemment intrusion dans l'espace aérien nord-américain lors de la guerre froide. Les chasseurs canadiens et américains les raccompagnaient alors vers l'espace international.

Ces vols ont cessé après l'effondrement de l'Union soviétique, mais la Russie les a toutefois relancés au cours des dernières années. L'Arctique a refait les manchettes depuis que la Russie, les États-Unis, le Danemark et le Canada ont notamment revendiqué leur souveraineté sur ce territoire qui regorge de richesses naturelles.

Le Canada et les États-Unis sont unis par le NORAD, l'Accord de défense aérospatiale de l'Amérique du Nord, depuis 1958.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.