•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les délais s'allongent

Robert Marleau

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le commissaire à l'information du Canada déplore que le délai de 30 jours prévu par la Loi sur l'accès à l'information pour répondre à une demande devient l'exception plutôt que la règle.

Le commissaire à l'information du Canada, Robert Marleau, a déposé jeudi au Parlement un rapport spécial qui fait état de graves lacunes dans l'application de la Loi sur l'accès à l'information.

Le commissaire parle de problème systémique dans la gestion de l'information. Bien que le Canada ait adopté il y a 25 ans une loi donnant aux citoyens le pouvoir d'accéder à l'information détenue par le gouvernement, le commissaire précise que les délais de réponse sont beaucoup trop longs.

La loi exige une réponse dans les 30 jours alors que dans les faits, il faut attendre dans certains cas 120 jours. Robert Marleau déplore que la Loi sur l'accès à l'information n'ait pas de dents.

Les Canadiens méritent et s'attendent à une bien meilleure efficacité et responsabilité de la part de leur gouvernement.

Robert Marleau

Il y a, selon Robert Marleau, un manque de leadership au plus haut niveau du gouvernement.

Selon le classement du commissaire à l'information, le ministère qui répond le plus efficacement est celui de la Justice. À l'inverse, ceux qui sont le moins efficace sont le ministère des Affaires étrangères, la Défense nationale, le ministère des Travaux publics ainsi que la Gendarmerie royale du Canada.

Pour remédier à la situation, le commissaire souhaite que le Conseil du Trésor donne la formation adéquate aux différents ministères pour améliorer leur performance.