•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec en déficit budgétaire

Monique Jérôme-Forget

La ministre des Finances duQuébec, Monique Jérôme-Forget

Radio-Canada
Mis à jour le 

Après des mois de discours rassurants sur la solidité de l'économie québécoise, la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, admet que son prochain budget sera déficitaire.

La ministre des Finances du Québec, Monique Jérôme-Forget, a annoncé mercredi que le budget 2009-2010 qu'elle déposera à la fin mars sera déficitaire.

« Je peux confirmer qu'il y aura un déficit en 2009 », a déclaré aux journalistes la ministre Jérôme-Forget à Québec.

« Le gouvernement va prendre ses responsabilités, tous les gouvernements doivent assumer leurs responsabilités, vous savez. Je suis une ardente défenderesse du déficit zéro, mais les gouvernements sont là pour intervenir quand il le faut », a poursuivi la ministre des Finances.

Le déficit auquel fait face le gouvernement québécois est essentiellement dû, selon la ministre, à une baisse marquée des revenus au cours des derniers mois. Trois sources importantes de revenus seraient particulièrement affectées: l'impôt des sociétés, l'impôt des particuliers ainsi que les revenus de la TVQ.

Des compressions à venir

Faute de revenus suffisants, Québec devra donc couper dans ses dépenses et/ou augmenter ses revenus de taxation pour espérer équilibrer ses prochains budgets.

La présidente du Conseil du Trésor, Monique Gagnon-Tremblay, qui détient les cordons de la bourse, n'a donné pour sa part que peu de détails sur les défis budgétaires qui attendent le gouvernement québécois.

Questionnée en matinée par les journalistes sur d'éventuelles compressions budgétaires au Québec, Mme Gagnon-Tremblay s'est limitée à déclarer qu'elle allait « tout faire pour contrôler les dépenses ».

Plus tard en journée, Mme Jérôme-Forget a cependant assuré les journalistes lors d'un point de presse qu'il serait « inacceptable » pour son gouvernement de sabrer dans la santé et l'éducation. Elle a ajouté que Québec continuera d'agir pour protéger l'emploi et les travailleurs.

La ministre des Finances a souligné que tous les grands organismes financiers et économiques, dont le Conference Board, n'avaient pas prévu un ralentissement aussi important de l'économie.

Elle a également rappelé que l'agence de cotation Moody's prévoyait que les Canadiens traverseraient une période difficile et problématique de 12 à 18 mois, mais que la situation des provinces leur permettrait de passer à travers cette crise.

L'opposition parle de mensonges

François Legault, porte-parole péquiste en matière de financesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député péquiste François Legault

Jusqu'ici, la ministre Jérôme-Forget s'était faite rassurante, en affirmant à plusieurs reprises, notamment en campagne électorale, que l'économie québécoise était solide et que son gouvernement visait un budget 2009-2010 équilibré en dépit de la tourmente économique.

C'est d'ailleurs ce qu'a rappelé le porte-parole de l'opposition officielle en matière de finances, François Legault, en accusant le gouvernement libéral d'avoir été élu sous de « fausses représentations ». Employant avec ironie le surnom de la ministre, « Madame Rigueur », le député du Parti québécois a affirmé qu'avec les données disponibles en novembre, il était impossible de ne pas prévoir un déficit en 2009 pour le Québec.

« Nous sommes d'accord avec le fait que ce n'est pas le temps de couper dans les dépenses ni d'augmenter les impôts, mais ce qui nous choque et qui vient augmenter le cynisme de la population à l'égard des politiciens, c'est de dire une chose pendant la campagne électorale et de dire exactement le contraire après », a déclaré M. Legault sur les ondes de RDI. « Elle essayait de nous faire croire qu'on était comme le village des Gaulois et qu'on était les seuls sur la planète à ne pas avoir de déficit », a-t-il ajouté.

Le député péquiste a laissé entendre que la ministre Jérôme-Forget avait perdu sa crédibilité avec cette volte-face sur le déficit, l'évolution de son discours sur les pertes liées à la péréquation et la situation à la Caisse de dépôt et placement. François Legault demande à la ministre de dire comment elle prévoit retrouver l'équilibre budgétaire et ce qu'elle fera pour venir en aide aux travailleurs qui risquent de perdre leur emploi.

François Bonnardel, député adéquiste de SheffordAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député adéquiste François Bonnardel

De son côté, le député adéquiste de Shefford, François Bonnardel, a lui aussi accusé la ministre d'avoir menti à la population sur le déficit, la péréquation et la Caisse de dépôt. Il a affirmé qu'avec les problèmes du bas de laine des Québécois, il était certain que le prochain budget serait déficitaire.

« Madame la ministre nous a amené ce discours jovialiste avec l'impression que dans sa sacoche, il y avait encore un petit bout de portefeuille, qu'il y avait encore un montant d'argent. Mais ce dont on se rend compte aujourd'hui, c'est que c'était des cartes de crédit extrapleines », a résumé le porte-parole de l'Action démocratique du Québec.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.