•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix de l'ignorance

Radio-Canada

Une étude du Centre canadien sur l'apprentissage estime à 37 milliards de dollars par année le coût, pour l'État, du décrochage scolaire.

Le décrochage des élèves de secondaire coûte 37 milliards de dollars chaque année aux gouvernements. C'est ce que révèle une étude du Centre canadien sur l'apprentissage (CCA), qui chiffre les coûts de cette sous-scolarisation et montre l'importance de s'y attaquer.

L'organisme établit un lien direct entre le décrochage et la santé, les revenus d'emploi, la productivité économique, la criminalité et l'aide sociale.

L'étude fait également état de « coûts non visibles, c'est-à-dire les effets non commerciaux de la scolarisation comme la douleur, la souffrance et la diminution de la qualité de vie ».

Paul Cappon, président-directeur général du CCA, souligne que 43 % des Canadiens qui bénéficient de l'aide sociale n'ont pas terminé leur secondaire.

L'étude constate que le taux de décrochage scolaire au pays est en recul constant depuis 1990. Toutefois, le problème demeure bien réel. En effet, un Canadien sur cinq âgé de 20 ans et plus ne termine pas ses études secondaires, selon Statistique Canada.

Michèle Glémaud, directrice générale du Carrefour de lutte au décrochage, espère que cette étude fera réagir les gouvernements. « L'objectif est de faire en sorte que les jeunes terminent leurs études sans interruption. Parce que toutes les études nous démontrent qu'au moment où le jeune quitte l'école, c'est beaucoup plus difficile de revenir », soutient-elle.

Cependant, encourager les décrocheurs à retourner sur les bancs d'école peut aussi s'avérer payant pour l'État. Paul Cappon estime à 7,7 milliards de dollars par année le montant qu'on pourrait économiser en accroissant de seulement 1 % le nombre de Canadiens qui vont terminer leurs études secondaires.

Le CCA estime que cette étude contient les estimations les plus exactes, à ce jour, qui peuvent être faites sur les coûts du décrochage scolaire.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.