•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fraude de 8 millions

Immeuble dans lequel se trouve le département informatique de la Ville de Montréal.
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ampleur de la fraude commise aux dépens de la Ville de Montréal, une affaire révélée par Radio-Canada en septembre dernier, avoisine les 8 millions de dollars.

Le département d'informatique de la Ville de Montréal est secoué depuis des mois par une vaste enquête. En septembre dernier, Radio-Canada révélait qu'un cadre avait orchestré une fraude de plusieurs millions de dollars.

L'enquête n'est pas terminée, mais on peut déjà évaluer l'ampleur de la fraude: « On en a pour 8 millions de dollars à ce jour. On est à peu près certains que ce n'est pas plus. On parle d'irrégularités dans la facturation de services professionnels avec des firmes d'informatique », explique Jean-Yves Hinse, directeur des relations professionnelles à la Ville de Montréal.

Le fonctionnaire congédié aurait orchestré la fraude tout seul. Sa méthode? Gonfler les factures de certains sous-traitants informatiques. Pour le moment, l'administration municipale est en train de vérifier l'écart qui existe entre les heures inscrites sur les feuilles de temps des employés concernés et les heures facturées à la Ville.

Les sous-traitants en informatique collaborent à l'enquête et, jusqu'à maintenant, deux millions de dollars ont été récupérés. La Ville a par ailleurs confirmé qu'elle retient des millions de dollars dus à des dizaines de sous-traitants. Elle admet aussi que cette affaire a retardé l'implantation ou la modernisation de certains projets informatiques.

Malgré l'ampleur de la fraude, le maire Gérald Tremblay préfère voir le bon côté des choses. « La bonne nouvelle, c'est qu'on s'en est aperçus et qu'on a pu valider les irrégularités et qu'on a demandé à la Sûreté du Québec de faire enquête », a-t-il déclaré.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.