•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La passe de Khyber bloquée

Pont attaqué sur la passe Khyber.
Pont attaqué sur la passe Khyber. Photo: AFP / SHAHBAZ BUTT

L'acheminement du ravitaillement aux troupes de l'OTAN en Afghanistan est interrompu par le dynamitage d'un pont par des insurgés pakistanais dans la passe de Khyber.

La principale ligne de ravitaillement des troupes de l'OTAN a été coupée mardi par des combattants islamistes qui ont dynamité un pont dans le nord-ouest du Pakistan, dans la passe de Khyber.

D'une importance hautement stratégique, la passe de Khyber constitue le principal point de passage routier à travers les montagnes escarpées qui séparent le Pakistan de l'Afghanistan.

La circulation a été interrompue par les forces pakistanaises pour laisser le temps aux équipes d'ingénieurs de réparer et d'inspecter le pont endommagé de 100 mètres. Des centaines de camions et d'automobiles sont immobilisés de chaque côté du pont, qui pourrait être rouvert mercredi, selon un responsable pakistanais cité par l'Agence France Presse.

La passe de Khyber, par où transitent une grande quantité de marchandises, dont des équipements et des vivres destinés aux troupes de la force multinationale qui combat les talibans en Afghanistan, est souvent l'objet d'attaques.

Conscients de l'enjeu que représente la passe pour leurs ennemis, les talibans ont attaqué ce lien routier à plusieurs reprises ces derniers mois.

Qui plus est, les talibans pakistanais se font de plus en plus actifs dans la région, où ils ont attaqué des convois, des dépôts de marchandises et des parcs de camions de l'OTAN ces dernières semaines.

L'Alliance Atlantique a d'ailleurs dû négocier des ententes avec les républiques d'Asie centrale pour l'acheminement du ravitaillement en Afghanistan via sa frontière du nord afin d'éviter la passe de Khyber.

Coup de filet à Kaboul

Pendant ce temps, à Kaboul, les services de renseignements afghans ont annoncé mardi avoir arrêté 17 présumés terroristes islamistes et démantelé une cellule terroriste responsable d'au moins six attentats suicide commis dans la capitale afghane.

Ce réseau terroriste était dirigé par un Pakistanais, selon un porte-parole du renseignement afghan, la National Directorate of Security, cité par l'AFP. En tout, 17 personnes âgées de 23 à 55 ans ont été arrêtées. Elles auraient toutes avoué leur implication dans des attentats terroristes, selon le porte-parole du NDS.

Avec les informations de Agence France-Presse

Aucun thème sélectionné