•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un puits de mensonges du fédéral?

Jean Bernier, comité des citoyens de Shannon

Jean Bernier, comité des citoyens de Shannon

Radio-Canada

Les citoyens de Shannon sont outrés d'apprendre que le gouvernement était au courant de la contamination de leur eau au TCE depuis 30 ans.

Les citoyens de Shannon réagissent vivement au reportage de l'émission Enquête selon lequel le gouvernement fédéral savait depuis 1978 que l'eau de Shannon était contaminée au trichloréthylène (TCE).

Selon des documents obtenus grâce à la Loi sur l'accès à l'information, les ministères fédéraux de l'Environnement et de la Défense avaient été prévenus que des eaux usées étaient déversées dans un étang en contact avec la nappe phréatique. Or, les citoyens de Shannon ont bu l'eau contaminée pendant 22 ans avant de découvrir eux-mêmes la contamination en 2000.

Les résidents sont en colère. Ils reprochent au gouvernement fédéral d'avoir caché de l'information aux citoyens. « Il y a du monde qui cache des vérités, ils le savent. Par contre, ils se battent pour continuer à dire qu'ils ne sont pas coupables. Il y a un gros problème dans notre société en ce moment », constate Jean Bernier à la tête du comité des citoyens de Shannon touchés par la contamination.

Le médecin à la retraite Claude Juneau, qui a traité les citoyens de Shannon, parle de négligence. « Peu importe qui, il y a eu beaucoup de négligence, et ils n'avaient pas le droit de nous cacher ça », dit-il.

Chantale Mallette, mère d'un garçon atteint du cancer

Chantale Mallette, mère d'un garçon atteint du cancer

Chantale Malette, dont le fils est atteint d'un cancer du cerveau, estime que l'attitude du gouvernement fédéral est incompréhensible. « On a eu les étapes de la colère c'est sûr, mais là, on a beaucoup de peine. On ne nous a pas informés, on ne nous l'a pas dit, on nous l'a caché. C'est ça qui est intolérable », témoigne-t-elle.

L'enquête démontre par ailleurs un lien entre la contamination au TCE et les cas de cancer répertoriés à Shannon. Les citoyens tentent justement de prouver ce lien depuis des années. Ils estiment avoir ainsi davantage de munitions pour leur recours collectif. L'étude est toutefois contestée par l'Institut de Santé publique du Québec. L'avocat des citoyens fera le point vendredi au sujet du recours collectif.

TCE (trichlorethylène)

TCE (trichlorethylène)

Le sujet a aussi rebondi à la Chambre des communes jeudi après-midi. La députée bloquiste de Québec Christiane Gagnon a demandé au ministre de la Défense Peter MacKay ce qu'il comptait faire. Le ministre a répondu que son ministère travaillait en collaboration avec la Ville de Shannon et que 19 millions de dollars ont été investis pour raccorder le réseau d'aqueduc de Shannon à celui de la ville de Québec. Il n'a pas commenté les informations selon lesquelles le gouvernement était au courant de la contamination de l'eau depuis 30 ans.

Le dossier préoccupe par ailleurs le maire de Québec, Régis Labeaume, qui dit le suivre de près. Un secteur de Val-Bélair est limitrophe au territoire contaminé, et des expertises y sont effectuées depuis 2003. Le maire de Québec se fait toutefois rassurant. « Les résultats sont très réconfortants, sauf qu'on va investiguer constamment, on n'arrêtera pas », affirme le maire.

Les citoyens de Shannon ont entamé en 2007 un recours collectif contre la Défense nationale et la firme SNC Technologies. Environ 2000 personnes, dont 243 cancéreux, sont susceptibles d'avoir droit à un dédommagement qui pourrait atteindre des centaines de millions de dollars.

L'avocat des citoyens de Shannon fera le point vendredi matin, au lendemain de la diffusion du reportage de l'émission Enquête.

Radio-Canada rediffusera le reportage complet de l'équipe d'Enquête sur le scandale de contamination au TCE de l'eau de Shannon à 13 h samedi. RDI rediffusera le reportage à 2 h dans la nuit de samedi à dimanche et à 18 h dimanche.