•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Risque de lock-out

Imprimerie
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs séances de négociation sont prévues cette semaine et la semaine prochaine en vue du renouvellement de la convention collective.

La menace d'un lock-out au journal Le Réveil, à Saguenay, est de plus en plus sérieuse.

Réunis en assemblée générale mardi soir, les syndiqués ont pris connaissance des demandes de Quebecor pour la première fois en vue du renouvellement de la convention collective. Selon la présidente du syndicat CSN, Dominique Savard, l'atmosphère de travail est très lourde et les négociations s'annoncent ardues.

Quebecor exige la semaine de travail de 37,5 heures pour les employés du journal. Actuellement, l'horaire varie entre 32 et 35 heures par semaine. Cependant, le plus grand problème, aux yeux des syndiqués, est l'abolition des clauses de sécurité d'emploi.

Quebecor veut aussi centraliser l'administration et le montage du journal, de la même façon qu'elle l'a fait avec l'imprimerie, dont le déménagement a été annoncé en décembre de Jonquière vers Québec, puis finalement vers Montréal.

« C'est évident que si on acceptait toutes ces demandes-là, Le Réveil serait réduit considérablement au niveau des employés. On se parle toujours, ça, c'est bon signe. Mais on va voir si on va continuer à se parler encore longtemps », dit Dominique Savard.

Plusieurs séances de négociation sont prévues cette semaine et la semaine prochaine. Le temps presse toutefois, puisque l'employeur a le droit d'imposer un lock-out à compter du 1er mars

« On a bien été avisés par l'employeur que ça prend une entente avant le 1er mars, sinon l'employeur a démontré clairement qu'il n'hésiterait pas à aller en lock-out, comme il l'a fait avec les employés du Journal de Montréal et du Journal de Québec », indique Mme Savard.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...