•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

La BMO abandonne ses satellites

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Banque de Montréal fermera une centaine de petits comptoirs offrant des services de base et situés dans des magasins, pour miser sur ses grandes succursales, a appris la télévision de Radio-Canada.

BMO Groupe financier a décidé de procéder à des changements importants dans son offre de service.

Une centaine de succursales satellites de la Banque de Montréal, offrant des services de base dans des magasins, fermeront ainsi leurs portes. La moitié de ces fermetures surviendront d'ici la fin avril, dont certaines dans la région de Montréal.

Le porte-parole de BMO Groupe financier, Ronald Monet, a affirmé à la télévision de Radio-Canada que le processus de fermeture s'échelonnerait jusqu'en 2012.

Plus de 350 employés seront touchés, et la plupart devraient être mutés dans une autre succursale de la BMO. Toutefois, la banque ne peut garantir que tous ces emplois seront préservés, et elle précise que certains employés devront être flexibles et accepter un déménagement dans une succursale qui ne sera pas dans les environs immédiats de leur ancien lieu de travail.

Les succursales en magasins de la Banque de Montréal comptent un ou deux employés, offrent des services bancaires de base et ont des heures d'ouverture plus longues que dans les grandes succursales offrant tous les services.

Selon BMO Groupe financier, des sondages menés auprès de la clientèle ont montré qu'elle préférait bénéficier d'une offre de services complète sous un même toit. Cela aurait donc sonné le glas des petites succursales.

Le professeur adjoint en affaires publiques et internationales Patrick Leblond, de l'Université d'Ottawa, estime toutefois que la situation économique a certainement joué un rôle dans la décision de la BMO.

La semaine dernière, l'institution financière a également annoncé qu'elle resserrait ses règles de crédit, malgré la baisse du taux directeur de la Banque du Canada. La BMO affirme que ses coûts de financement ont connu une hausse phénoménale.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.