•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il exhumer Galilée?

galilee-portrait
Radio-Canada

Des scientifiques veulent « reconstituer le regard » du scientifique afin de mieux comprendre comment il réussissait à voir à travers son télescope alors qu'il souffrait d'une grave maladie des yeux.

Un groupe de chercheurs italiens veut exhumer le corps de Galilée pour prélever un échantillon de son ADN.

L'astronome et mathématicien Galileo Galilei (né à Pise en 1564 et mort près de Florence en 1642) a présenté des troubles visuels une bonne partie de sa vie avant de devenir complètement aveugle.

Les chercheurs veulent reconstituer son regard pour mieux reproduire les conditions dans lesquelles il a développé certaines théories comme sa conception de l'Univers, selon laquelle la Terre tourne autour du Soleil.

L'équipe, composée d'historiens, d'astronomes et de psychologues, veut également comprendre les mauvais calculs de l'homme de science.

Nous pourrions notamment expliquer certaines erreurs que Galilée a commises, notamment la raison pour laquelle il avait décrit la planète Saturne comme ayant des oreilles latérales plutôt que de l'avoir vue entourée par des anneaux.

Paolo Galluzzi, Institut de l'histoire de la science

En outre, des chercheurs en ophtalmologie affirment que les symptômes dont se plaignait Galilée laissent penser qu'il était atteint d'une maladie d'origine génétique.

L'exhumation en fournira, selon eux, la preuve grâce à l'analyse de l'ADN.

L'opération pourrait avoir lieu dans un an, le temps pour l'équipe de régler les formalités administratives préalables à l'ouverture de la tombe et recueillir l'argent nécessaire.

Le groupe a déjà fabriqué une réplique exacte du télescope qu'utilisait Galilée afin de se rapprocher le plus possible de sa réalité.

Les Nations unies ont proclamé 2009 année internationale de l'astronomie pour commémorer la première utilisation d'un télescope astronomique par Galilée.

Avec les informations de Agence France-Presse

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.