•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avant l'assermentation, l'engagement

Barack Obama y va d'un coup de pinceau dans un refuge pour sans-abri de Washington.

Barack Obama y va d'un coup de pinceau dans un refuge pour sans-abri de Washington.

Photo : AFP / Mandel Ngan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pendant que des centaines de milliers de personnes continuent d'affluer vers la capitale fédérale en vue de son assermentation, Barack Obama commémore la mémoire de Martin Luther King en prônant l'engagement civique.

Le président désigné des États-Unis, Barack Obama, a commémoré lundi l'héritage de Martin Luther King, héros de la lutte pour les droits civiques, dont le « rêve » d'une société égalitaire se concrétisera, aux yeux de nombreux Américains, dès l'assermentation du 44e chef d'État américain, mardi midi.

Le futur président a profité de cette journée fériée, qui marque le 80e anniversaire de naissance du célèbre pasteur, pour se rendre dans le seul refuge pour adolescents sans-abri de la capitale fédérale.

Après avoir rencontré des jeunes et des responsables, en compagnie de Martin Luther King III, Barack Obama s'est attelé à la tâche en laissant tomber son veston pour peindre des murs au rouleau pendant quelques minutes.

Sa femme Michelle, ainsi que le vice-président Joe Biden et sa femme participent également à des activités communautaires.

Le futur président a profité de l'occasion pour inciter ses concitoyens à s'engager dans leur communauté. « Engagez-vous pour participer à un événement dans votre communauté, ou à en organiser un, et pour participer à la reconstruction des États-Unis, un quartier à la fois », indique un courriel envoyé par son équipe à ses partisans.

Selon un sondage effectué par CNN/OpinionResearch Corp., 7 Afro-Américains sur 10 croient que l'élection de Barack Obama marque la concrétisation du rêve d'égalité raciale exprimé par Martin Luther King en 1963. Un peu plus de 45 % des Blancs sont du même avis.

En soirée, Barack Obama participera à trois réceptions destinées à honorer M. Biden, mais aussi deux personnalités du camp républicain, soit l'ancien chef d'état-major et ex-secrétaire d'État Colin Powell et son adversaire lors de la présidentielle, le sénateur John McCain.

D'autres célébrations marqueront cette dernière journée des huit années de présidence Bush, dont un bal donné par l'ancien vice-président et croisé de la lutte contre le réchauffement climatique Al Gore, et un concert donné par des enfants en l'honneur de familles de militaires, auquel participera la femme du président, Michelle Obama.

Sécurité exacerbée

Ces événements se déroulent tandis que des centaines de milliers de personnes continuent d'affluer vers la capitale fédérale américaine, en vue de l'assermentation du nouveau président, qui doit avoir lieu vers midi, mardi.

Sentiments partagés au Canada

Selon un sondage EKOS réalisé pour le compte de CBC, 81 % des Canadiens ont une opinion favorable de Barack Obama. Un peu plus de 15 % d'entre eux n'ont pas d'opinion, tandis que 3,8 % le considèrent défavorablement.

Cet enthousiasme se double tout de même d'inquiétudes envers les politiques qu'il pourrait préconiser. Ainsi, 62 % des 1000 répondants se disent inquiets que le Canada subisse les contrecoups d'éventuelles modifications à l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Un peu plus d'un Canadien sur deux serait opposé à ce que le Canada réponde favorablement à une demande de renfort en Afghanistan.

Par ailleurs, 86 % des répondants croient que le coût des politiques que Barack Obama entend mettre en oeuvre constituera un sérieux problème pour les États-Unis. Le sondage a une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20.

Personne ne sait exactement combien de personnes se rendront à Washington. Certains avancent que jusqu'à 4 millions de personnes pourraient envahir la ville, dans laquelle vivent normalement un peu plus d'un demi-million de personnes.

L'événement se déroule sous haute sécurité, le département de la Sécurité intérieure l'ayant désigné National Special Security Event. Cette étiquette fait en sorte que la coordination des mesures de sécurité est l'apanage des services secrets.

Une bonne portion du centre névralgique de la ville, qui comprend la Maison-Blanche et le Capitole, sera fermée à la circulation. Le métro et des services de navettes seront à la disposition des fêtards, mais de longues files d'attente sont néanmoins à prévoir pour tous ceux qui déferlent sur la capitale.

Les chiffres donnent le tournis: 4000 policiers de Washington et un nombre équivalent de collègues d'ailleurs au pays seront en service, tout comme 5000 soldats et des milliers d'autres membres de la Garde nationale. Plus de 55 agences gouvernementales participent d'une manière ou d'une autre à l'organisation de la journée.

Avec les informations de Agence France-Presse, Washington Post, Time, et BBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.