•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le système immunitaire contre-attaque

vih-sida-virus

Le virus du sida s'agrippe à une cellule et l'infecte

Photo : MedicalRF

Radio-Canada

Le chercheur montréalais Martin Guimond découvre le mécanisme qui empêche la régénération d'un certain type de globules blancs essentiels au bon fonctionnement du système immunitaire.

Le système immunitaire des personnes atteintes du VIH/sida et des personnes qui ont subi une greffe peine souvent à se rétablir et s'épuise facilement.

Le Dr Martin Guimond, de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, a découvert un mécanisme qui empêche la régénération d'un certain type de cellules, les lymphocytes T CD4+, dont le rôle est indispensable au bon fonctionnement du système immunitaire.

Cette percée permettra éventuellement d'améliorer la qualité de vie des personnes ayant reçu de la chimiothérapie, des greffes médullaires ou celles qui sont infectées par le VIH.

Difficile pour le corps

Martin Guimond

Le Dr Martin Guimond, de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, alors qu'il travaillait à l'Institut américain du cancer

Photo : National cancer Institut

Le traitement des cancers du sang et de la leucémie à l'aide de la chimiothérapie et de la greffe de moelle osseuse est efficace, mais entraîne un affaiblissement généralisé en raison de la destruction des lymphocytes T.

Dans certains cas, plusieurs années sont nécessaires pour les reconstituer, ce qui rend les personnes traitées très vulnérables aux infections.

La découverte en question

Le Dr Guimond a identifié une boucle de régulation négative qui limite la capacité des lymphocytes T à se diviser.

En agissant sur cette boucle de régulation, on peut entraîner une prolifération homéostatique des lymphocytes T CD4+, ce qui permet de régénérer le système immunitaire.

Martin Guimond

Retour au bercail

Le Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont a recruté Martin Guimont, qui travaillait jusqu'à récemment à l'Institut national du cancer des États-Unis. Il est aussi chercheur adjoint au Département de microbiologie et immunologie de l'Université de Montréal.