•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obama prépare son arrivée

Barack Obama lors de son entrevue à ABC

Barack Obama lors de son entrevue à ABC

Photo : AP/ABC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président élu affirme qu'il ne fermera pas Guantanamo dans les 100 premiers jours de son mandat, mais s'engage à tenir sa promesse. Il n'exclut pas des poursuites contre les auteurs d'abus dans la guerre contre le terrorisme.

Barack Obama a commenté certains des grands dossiers qui l'attendent à la Maison-Blanche, dans une entrevue devant être diffusée à la chaîne de télévision américaine ABC.

Le nouveau président américain, dont l'investiture est prévue le 20 janvier, a fait savoir qu'il ne fermera pas le camp de prisonniers de Guantanamo dans les 100 premiers jours de sa présidence, comme il l'avait déjà promis.

Il a toutefois réaffirmé sa promesse de clore l'installation controversée de cette prison sur le territoire cubain.

« C'est plus difficile que beaucoup de gens le pensent. [...] Je crois que cela va prendre un certain temps et nos équipes de juristes travaillent avec les responsables de la sécurité nationale, en ce moment même, pour arriver à savoir exactement ce que nous allons faire », a déclaré M. Obama.

« Je ne veux pas qu'il y ait d'ambiguïté sur cette question. Nous allons fermer Guantanamo et nous allons le faire de manière à être sûrs que les procédures que nous mettons en place respectent notre constitution. »

— Une citation de  Barack Obama

La prison de Guantanamo est devenue le symbole le plus controversé de la guerre contre le terrorisme lancée par l'administration du président George W. Bush après les attentats du 11 septembre 2001.

Manifestation à Montréal

Amnistie internationale a organisé dimanche une manifestation devant le consulat des États-Unis, à Montréal, pour souligner et dénoncer les sept ans d'existence de la prison de Guantanamo, à Cuba.

Le 11 janvier 2002, le président George W. Bush ordonnait les premiers transferts de détenus à cette base américaine.

La directrice générale de la branche francophone d'Amnistie internationale Canada, Béatrice Vaugrante, a déclaré qu'elle était inquiète du fait que le prochain président américain, Barack Obama, renonce à sa promesse de fermer Guantanamo dans les 100 premiers jours de son mandat.

Amnistie demande à Barack Obama de préciser la date de fermeture de la prison et le mécanisme légal qui la remplacera. L'organisation estime que M. Obama pourrait aussi inciter le premier ministre du Canada, Stephen Harper, à rapatrier le seul Canadien détenu à Guantanamo, le jeune Omar Khadr.

Poursuites contre l'administration Bush?

Affirmant que nul n'est « au-dessus de la loi », Barack Obama n'a pas exclu de poursuivre en justice des responsables de l'administration Bush, qui auraient commis des abus dans la guerre contre le terrorisme.

« Nous sommes toujours en train d'évaluer la manière dont nous allons aborder tout ce qui concerne les interrogatoires, les détentions, etc. », a-t-il affirmé.

Un détenu de la prison de Guantanamo, à CubaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un détenu de la prison de Guantanamo, à Cuba (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Brennan Linsley

Tout en disant préférer aller de l'avant, plutôt que de se pencher sur le passé, celui qui deviendra le 44e président des États-Unis le 20 janvier a précisé que « cela ne veut pas dire que si quelqu'un a clairement violé la loi, il est au-dessus de la loi ».

Barack Obama a notamment critiqué le vice-président Dick Cheney, qui continue de défendre des méthodes d'interrogatoire, comme la simulation de noyade, considérées généralement comme des formes de torture.

« Le vice-président Dick Cheney, je crois, continue de défendre ce qu'il qualifie de méthodes ou procédures extraordinaires en matière d'interrogatoire, alors qu'à mon sens la simulation de noyade est de la torture ».

Des organisations de défense des droits de la personne exigent des poursuites judiciaires contre des responsables de l'administration Bush, qu'ils accusent d'avoir autorisé des détentions illégales ou de la torture de prisonniers soupçonnés d'activités terroristes.

Engagement immédiat au Proche-Orient

Prudent sur le conflit en cours dans la bande de Gaza, le président élu des États-Unis a néanmoins indiqué qu'il agirait dès son investiture, en mettant en place une équipe qui puisse s'engager immédiatement dans le processus de paix au Proche-Orient.

Cette équipe « s'adressera à toutes les parties prenantes. Elle travaillera à mettre sur pied une approche stratégique qui garantisse que les Israéliens et les Palestiniens puissent satisfaire leurs aspirations », a dit Barack Obama.

Il s'est refusé de prendre position pour le moment, laissant cette question à l'administration sortante du président Bush.

M. Obama a toutefois souligné qu'Israël avait le droit de défendre ses citoyens, comme il l'avait déclaré en juillet lors d'un voyage dans la région, en pleine campagne présidentielle.

« Je pense que l'un des principes fondateurs de tout pays et de devoir protéger ses citoyens », a-t-il dit.

L'Iran, un grand défi

Par ailleurs, Barack Obama a estimé que l'Iran serait « l'un des plus grands défis » de son administration.

Il a promis « une nouvelle approche basée sur le respect et sur une volonté de dialogue, mais aussi de la clarté sur ce que nous voulons exactement ».

« Nous préparons cela. Nous anticipons le fait que nous allons devoir agir rapidement dans cette zone », a expliqué M. Obama.

Il a également indiqué qu'il interpellerait l'Iran, qu'il accuse « d'exporter le terrorisme » à travers le mouvement palestinien Hamas et le Hezbollah libanais.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.