•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bill Richardson se retire

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le secrétaire américain désigné au Commerce, Bill Richardson, annonce son retrait de l'équipe Obama pour dissiper tout soupçon de conflit d'intérêt dans une enquête en cours.

L'équipe du président désigné Barack Obama n'est pas encore en poste que déjà une personne la quitte.

L'ex-gouverneur de l'État du Nouveau-Mexique, Bill Richardson, désigné comme le futur secrétaire américain au Commerce, annonce qu'il refuse le poste, à moins de trois semaines de l'assermentation du 44e président des États-Unis.

La raison invoquée par M. Richardson est pour éviter toute présomption de conflit d'intérêts. En effet, une enquête devant un grand jury est en cours relativement à la compagnie CDR Financial Products qui a contribué aux activités politiques de Bill Richardson et qui a décroché un contrat avec l'État du Nouveau-Mexique depuis.

En entrevue avec un journaliste du réseau NBC, Bill Richardson a déclaré: « Je tiens à dire sans équivoque que mon administration [en tant que gouverneur du Nouveau-Mexique] et moi-même avons toujours agi adéquatement et c'est à cela que conclura l'enquête ».

Bill RichardsonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bill Richardson

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Pablo Martinez Monsivais

Barack Obama n'a pas indiqué qui sera le futur secrétaire américain au Commerce dimanche, mais a dit qu'il souhaitait le choisir rapidement.

M. Richardson entend réintégrer son poste de gouverneur du Nouveau-Mexique et se dit disponible, une fois l'enquête terminée, pour toute fonction que lui confierait le président Obama.

Avec les informations de Associated Press, et Site de NBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.