•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la recherche d'agents

Édifice du SCRS

Édifice du SCRS (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Service canadien du renseignement de sécurité mène une campagne de recrutement de personnel, notamment pour renouveler ses effectifs d'agents de renseignements à la suite de départs à la retraite.

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) mène actuellement une campagne de recrutement de personnel. Il cherche des gens spécialisés dans les finances, des agents de renseignements et des informaticiens.

Le service secret canadien renouvelle ses effectifs pour faire face aux nombreux départs à la retraite des baby-boomers. En mars 2007, Ottawa a alloué 80 millions de dollars supplémentaires sur deux ans à l'organisme pour maintenir sa capacité opérationnelle.

Le SCRS mène donc une campagne pour pourvoir plusieurs postes, particulièrement ceux d'agents de renseignements. « Le service a besoin de gens aux antécédents divers », précise Manon Bérubé, porte-parole du SCRS.

Toutefois, n'entre pas qui veut au sein du service secret canadien : l'an dernier, sur les 6000 candidatures reçues, 97 ont été retenues. Les futurs employés doivent se soumettre à une enquête rigoureuse avant d'être embauchés. Un délai d'un an peut s'écouler avant qu'une personne soit recrutée, surtout si elle a vécu à l'étranger.

Même si les activités du service ont été critiquées par plusieurs dans le dossier touchant la sécurité nationale, le SCRS figure parmi les 100 meilleurs employeurs au pays et les 25 meilleurs dans la région d'Ottawa-Gatineau.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.