•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le règne de la confusion

Radio-Canada

La Guinée a vécu ce qui avait toutes les apparences d'un coup d'État, quelques heures après l'annonce de la mort du président Lansana Conté.

Quelques heures à peine après la mort du président Lansana Conté, la Guinée a vécu une tentative de coup d'État militaire.

Guinée

Dans un premier temps, le président de l'Assemblée nationale, Aboubacar Somparé, a demandé au président de la Cour suprême de faire appliquer la Constitution, en vertu de laquelle le président de l'Assemblée nationale devrait assumer les fonctions de chef d'État et déclencher de nouvelles élections dans les 60 jours.

Mais un capitaine de l'armée guinéenne, se présentant comme le porte-parole du Conseil national pour la Démocratie, a annoncé mardi à la radio d'État la dissolution du gouvernement et des institutions républicaines, et la suspension de la Constitution.

« À compter d'aujourd'hui, la Constitution est suspendue, ainsi que toute activité politique et syndicale », a déclaré le capitaine Moussa Dadis Camara sur les ondes de la radio nationale.

Le capitaine Camara a accusé les membres du gouvernement d'être « en grande partie responsables de ces crises sociale et économique sans précédent », ajoutant que « les institutions républicaines ont brillé par leur incapacité à s'impliquer dans la résolution de cette crise ».

La Guinée a fêté le cinquantenaire de son indépendance le 2 octobre avec un classement dans la catégorie des pays les plus pauvres de la planète. Avec les immenses ressources naturelles dont elle est dotée, la Guinée aurait pu être beaucoup plus prospère, mais l'histoire et les hommes en ont décidé autrement.

Moussa Dadis Camara

« Les détournements de deniers publics, la corruption généralisée, l'impunité érigée en méthode de gouvernement, l'anarchie dans l'appareil de l'État ont fini par plonger notre pays dans une situation économique catastrophique, particulièrement dramatique pour la grande majorité des Guinéens », a-t-il ajouté.

Une minorité seulement

Dans un entretien à la chaîne France 24, Aboubacar Somparé a toutefois affirmé que « la grande majorité est encore loyaliste ».

« C'est un recul pour le pays et j'espère que ce ne sera pas consacré, puisque c'est une minorité de soldats et d'officiers qui ont fait cette démarche, la grande majorité est encore loyaliste », a déclaré le président de l'Assemblée nationale, Aboubacar Somparé, lors d'un entretien à la chaîne France 24.

« Je souhaite que ceux qui sont loyaux, qui veulent le respect de la constitution puissent se faire entendre », a-t-il ajouté. « Nous souhaitons une transition apaisée. C'est pourquoi nous ne sommes pas d'accord avec ceux qui ont fait le putsch. Il faut toujours privilégier le dialogue ».

L'Union africaine préoccupée

L'Union africaine (UA) suit « avec attention et beaucoup de préoccupation » la situation politique en Guinée, a déclaré mardi à l'AFP le commissaire à la paix et la sécurité de l'UA, Ramtane Lamamra.

« Nous nous inclinons devant la mémoire de ce chef de l'État disparu. Mais nous suivons avec attention et beaucoup de préoccupation ce développement [l'annonce du capitaine] et la succession du président Conté », a déclaré à l'AFP par téléphone M. Lamamra.

Nous appelons toutes les forces politiques de Guinée et autres institutions de l'État, notamment les forces armées, à assurer une transition constitutionnelle, pacifique et consensuelle, dans le respect de l'ordre démocratique.

Ramtane Lamamra, commissaire à la paix et la sécurité de l'UA

« Dans le cadre de notre mécanisme d'alerte précoce, la Guinée était un des pays africains sur lesquels le département Paix et Sécurité de l'UA, assurait un suivi serré en raison des incertitudes qui planaient sur le contexte politique », a rappelé M. Lamamra.

Réactions de la Maison-Blanche

De leur côté, les États-Unis ont appelé à une « transition pacifique et démocratique ».

« En collaboration avec nos partenaires dans la région, avec d'autres pays dans la région et avec l'Union africaine, nous encourageons les institutions guinéennes à prendre toutes les mesures nécessaires à une transition pacifique et démocratique », a indiqué Tony Fratto, porte-parole de la Maison-Blanche.

« Il s'agit là évidemment d'une région troublée, où, historiquement, les passations de pouvoir n'ont pas toujours eu lieu en douceur », a-t-il ajouté.

République de Guinée

La République de Guinée, parfois appelée Guinée Conakry, est un pays d'Afrique de l'ouest d'environ 9,4 millions d'habitants. Riche en minerais comme la bauxite, l'or, le fer et les diamants, le pays est appauvri par la corruption. Il est classé 160e sur 177 au classement du développement humain des Nations unies.

Ancienne colonie française, la Guinée a acquis son indépendance en 1958. Le premier président, Ahmed Sékou Touré, a été en fonction jusqu'à sa mort en 1984.

Le colonel Lansana Conté lui a rapidement succédé par un coup d'État. S'appuyant sur l'armée pour asseoir son autorité, il résista à une tentative de coup d'État en 1985 et à une mutinerie meurtrière de soldats en 1996.

Bien qu'une nouvelle constitution prévoyant le multipartisme ait été adoptée en 1990, les élections n'ont jamais été libres ni transparentes.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne