•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sa famille n'en démord pas

Un soldat américain pénètre à l'intérieur de la Cour où a comparu le journaliste qui a lancé ses chaussures au président Bush
Un soldat américain pénètre à l'intérieur de la Cour où a comparu le journaliste qui a lancé ses chaussures au président Bush Photo: AFP / Ahmad Al-Rubaye
Radio-Canada

La famille du journaliste irakien emprisonné pour avoir lancé ses chaussures à la figure du président américain réclame sa libération immédiate. Durant ce temps, le célèbre lancer du soulier fait des petits jusqu'à Montréal.

Les membres de la famille du journaliste irakien qui a lancé ses chaussures au président Bush ont exigé sa libération immédiate, lors d'une manifestation devant la « zone verte », qui accueille notamment la prison où est détenu le journaliste.

« Nous sommes venus demander sa libération », a fait savoir Oum Saam, l'une des trois soeurs de Mountadhar al-Zeidi.

Devant ce secteur ultra fortifié de Bagdad, elle a poursuivi: « On ne sait rien de lui, de son état, mais il n'a rien fait de mal, au contraire, il a fait plaisir à tout le monde », déplore-t-elle, en référence à l'incident qui a fait le tour du monde.

Dimanche, Al-Zeidi a réussi à lancer non pas un, mais bien deux souliers en direction du président américain, lors d'un point de presse à Bagdad.

Bush est un occupant et il est à l'origine de tous les orphelins et de toutes les veuves d'Irak.

Oum Saam

Les excuses confirmées

L'avocat de Mountadhar al-Zeidi s'est vu refuser la demande de remise en liberté sous caution de son client. C'est le juge d'instruction chargé d'enquêter sur l'incident qui a rendu le verdict.

Le journaliste Muntazer Al-Zaidi

Le magistrat assure que le nouveau héros national est en « bonne santé » et que M. al-Zeidi n'a que des « traces de coups au visage », avant d'ajouter que le reporter n'a pas porté d'accusation formelle relativement à ses blessures.

Ces propos sur la « bonne santé » de M. al-Zeidi ne sont pas parvenus à convaincre la famille du journaliste de 29 ans. Pour l'un de ses frères, « il est évident que le juge est lié au gouvernement irakien » et qu'il « est normal qu'il fasse ce genre de déclarations ».

Le magistrat a d'ailleurs confirmé que le journaliste emprisonné a demandé des excuses au premier ministre irakien pour avoir commis un tel acte.

« Ces excuses, ce n'est pas vrai. Et s'ils veulent des excuses, il faut qu'ils le libèrent d'abord pour qu'il puisse les faire librement, et non pas sous la pression », a rétorqué son frère.

De Montréal...

Le célèbre lancer du soulier a fait des petits jusqu'à Montréal.

En signe de solidarité avec le journaliste irakien, l'organisation pacifiste « Bloquez l'empire » invite les Montréalais à venir lancer n'importe quel type de couvre-pied au consulat américain, samedi. Les journalistes ont été aussi invités à faire de même.

« Bloquez l'empire » est fréquemment impliqué dans des manifestations contre les politiques américaines.

... à Londres

Pour protester contre l'emprisonnement du journaliste irakien, une cinquantaine de manifestants ont lancé leurs souliers en direction de l'ambassade américaine à Londres.

Les organisateurs de l'évènement ont déclaré que l'acte exprime les sentiments de millions d'Irakiens.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et La Presse canadienne