•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changement de garde dans la tourmente

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président désigné, Barack Obama, nomme une nouvelle présidente à la tête de la commission des valeurs mobilières (SEC) afin de redonner confiance au milieu financier dans la tourmente de la crise boursière.

En pleine crise financière, le président désigné des États-Unis d'Amérique, Barack Obama, tente de redorer le blason de la Securities Exchange Commission (SEC), la commission des valeurs mobilières, en y nommant une nouvelle présidente. Mary Schapiro remplacera Christopher Cox, qui avait été nommé en juin 2005, à la tête de l'organisme.

Mme Schapiro, qui a travaillé à la SEC pendant 6 ans (1988 à 1993), quittera ainsi son présent emploi, elle qui dirige la Financial Industry Regulatory Authority (Finra). « Mary est connue comme une régulatrice à la fois intelligente et dure« , a déclaré M. Obama, en présentant la nouvelle présidente de la SEC.

Mme Schapiro a aussi oeuvré au sein de l'administration du président Bill Clinton avant d'être nommée à la présidence de l'autorité de régulation du marché des matières premières et, plus récemment, de prendre la tête de la Finra.

Restaurer la crédibilité perdue

Le changement à la direction de la SEC survient au moment où l'organisme de régulation boursière est critiqué pour ses erreurs dans le scandale financier qui a permis à Bernard Madoff de détourner 50 milliards de dollars.

Le scandale Madoff a achevé la crédibilité de la SEC, qui était déjà montrée du doigt pour avoir laissé le système financier américain dériver vers la bulle du crédit immobilier qui a débouché sur la crise de l'été 2007.

Le président désigné a précisé que la réforme de la régulation constituera l'une des priorités de son administration. « Nous nous sommes endormis au volant, pas seulement les agences de régulation, mais certaines commissions du Congrès », a admis M. Obama. « Nous allons devoir renforcer très fortement notre outil de régulation. [...] Ce sera l'une de mes premières initiatives et nous allons publier un plan très détaillé sur la façon dont nous pensons mettre à jour le système de régulation. »

Autres nominations

M. Obama a également procédé à deux autres nominations dans le but de redonner confiance au milieu financier. Il a désigné Gary Gensler pour occuper le poste de président de la Commodity Futures Trading Commission, en plus de nommer Daniel Tarullo à l'un des postes de gouverneurs du comité monétaire de la Réserve fédérale.

Gary Gensler, Barack Obama et Daniel TarulloAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : AFP / NICHOLAS KAMM

M. Tarullo remplacera Randall Kroszner, dont le mandat a pris fin en janvier dernier. Le président en exercice, George W. Bush, l'avait reconduit dans ses fonctions pour un second mandat, mais le Sénat n'a jamais entériné la reconduction. L'homme de 57 ans est un des principaux conseillers économiques du président désigné, en plus d'avoir conseillé le président Clinton sur des questions d'économie internationale.

Les trois nominations doivent être approuvées par le Sénat pour être officialisées.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.