•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'OPEP réduit le débit

Pompe pour le forage du pétrole

Photo : Larry MacDugal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Malgré la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole de réduire considérablement sa production quotidienne de brut, le prix du brut poursuit sa chute et passe sous les 40 $US le baril.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) retirera de sa production 2,2 millions de barils de brut par jour, selon un communiqué diffusé par l'Organisation, mercredi.

Cette annonce survient au lendemain de la décision de la Réserve fédérale américaine d'abaisser à près de 0 % son taux directeur dans un geste visant à relancer l'économie des États-Unis.

L'OPEP, dont ses membres se réunissaient à Oran, en Algérie, affirme que cette baisse, qui prendra effet le 1er janvier 2009, est la plus importante depuis l'introduction du système des quotas de production, en 1982.

Nous sommes dans un environnement très dégradé.

Chakib Khelil, président de l'OPEP

Ces mesures visent à soutenir le prix du brut, en chute libre depuis juillet dernier. Malgré cette troisième baisse en quatre mois, les prix du brut poursuivent leur baisse. À New York, le prix du baril est même passé sous la barre des 40 $US. En cours de séance, il a chuté à 39,88 $US, son plus bas niveau depuis le 14 juillet 2004. À la clôture de la séance, il se vendait 40,06 $US, soit une baisse de 3,54 $US par rapport à mardi. En juillet dernier, le même baril atteignait 147 $US.

À Londres, le baril de Brent a perdu 1,12 $US, pour finir la séance à 45,53 $US.

Baisse des productions russe et azerbaïdjanaise

D'autres pays producteurs hors OPEP pourraient également réduire leur production.

La Russie et l'Azerbaïdjan, qui participent à titre d'observateurs à cette réunion, se sont dits prêts à réduire leur offre. Ils supprimeront environ 300 000 barils de leur production quotidienne.

Certains analystes affirment cependant que ces annonces de baisse de production ne seraient que symboliques, puisque l'engagement exprimé est calqué très exactement sur le déclin naturel de la production locale.

[La baisse russe] ne ferait qu'officialiser une baisse de production [qui apparaît] inévitable.

Valeri Nesterov, analyste de la banque moscoviteTroïka Dialog

La possibilité de voir la Russie adhérer à l'OPEP a été évoquée la semaine dernière par le président russe, Dmitri Medvedev. Cette adhésion ne semble toutefois pas prochaine, si l'on se fie au vice-ministre russe de l'Énergie, Anatoli Ianovski, qui a affirmé mercredi à l'agence Interfax qu'il n'y aura « pas de discussions sur une entrée [de la Russie] dans l'OPEP en Algérie. »

Saviez-vous que...

Avec une production d'un peu moins de 10 millions de barils par jour, la Russie est le deuxième producteur mondial de brut.

Avec les informations de Agence France-Presse

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.