•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arne Duncan à l'Éducation

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président désigné Barack Obama confie au responsable des écoles publiques de Chicago la tâche de gérer le système scolaire du pays.

Le président américain désigné, Barack Obama, a arrêté son choix, mardi, sur Arne Duncan, responsable des écoles publiques de Chicago, pour le poste de secrétaire à l'Éducation.

M. Duncan, 44 ans, était à la tête du système éducatif de Chicago, le troisième plus important au pays, depuis 2001. Il a travaillé au renforcement de la qualité de l'enseignement. Il a également fait fermer certaines écoles où le taux d'échec était trop élevé.

Il hérite d'un système scolaire qui fait souvent piètre figure, lorsque comparé à celui d'autres pays. Il aura la délicate tâche d'améliorer les résultats scolaires au pays sans toutefois se mettre à dos les puissants syndicats de l'éducation. Ceux-ci ont soutenu la campagne de Barack Obama.

Joe Biden, Barack Obama et Arne Duncan ont rencontré des élèves d'une école de Chicago, mardi.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joe Biden, Barack Obama et Arne Duncan ont rencontré des élèves d'une école de Chicago, mardi.

Photo : AFP / Nicholas KAMM

En conférence de presse, mardi, le président désigné a déclaré qu'il serait « moralement inacceptable pour nos enfants et indéfendable économiquement pour l'Amérique » de laisser le système éducatif se dégrader davantage.

Barack Obama avait d'ailleurs, pendant sa campagne, promis de réformer la politique éducative de l'administration Bush. Il a accusé le président sortant d'avoir favorisé l'apprentissage par coeur et le « bourrage de crâne » des élèves. « Il ne s'agit pas seulement d'examens et de statistiques, mais de faire en sorte que nos enfants déploient les talents qui leur seront nécessaires pour soutenir la concurrence avec n'importe quel travailleur de la planète », a-t-il ajouté.

Un franc-tireur en choisit un autre

Par ailleurs, le futur vice-président, Joe Biden, a choisi le journaliste du Time Jay Carney comme directeur des communications.

M. Biden a fait ce choix bien que M. Carney se soit parfois montré critique à son endroit. « Il est intelligent, mais il parle trop vite et, parfois, il dit la mauvaise chose au mauvais moment », avait-il déclaré, en juillet, sur les ondes de MSNBC.

« J'admire depuis longtemps la finesse d'analyse de Jay Carney, aussi bien pour les affaires nationales que pour les questions de politique étrangère », a pour sa part déclaré M. Biden dans un communiqué. « Je suis certain que ses conseils et son talent seront inestimables dans les années à venir », a-t-il ajouté.

Quant à Elizabeth Alexander, actuelle directrice des communications de Joe Biden en tant que sénateur du Delaware, elle sera sa porte-parole et son attachée de presse quand il sera vice-président.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.