•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kinshasa prête au dialogue avec la rébellion

Des enfants congolais jetés sur les routes par les combats

Photo : AFP / Walter Astrada

Radio-Canada

Des représentants des rebelles du CNDP et du gouvernement congolais se rencontreront pour la première fois lundi au Kenya pour consolider les bases d'un cessez-le-feu au Nord-Kivu.

Le gouvernement de la République démocratique du Congo accepte d'ouvrir le dialogue avec les rebelles tutsis de Laurent Nkunda qui occupent la province du Nord-Kivu, où ils assiègent la ville de Goma depuis plus d'un mois.

Le régime du président Joseph Kabila a en effet annoncé vendredi qu'il participerait à une rencontre avec des représentants de la rébellion du Congrès pour la défense du peuple (CNDP), lundi prochain, à Nairobi, au Kenya.

Au cours de cette rencontre tenue sous les auspices des Nations unies et de l'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo, les parties tenteront de « formaliser le cessez-le-feu et de discuter de la feuille de route de la paix dans l'est de la RDC », comme l'a précisé vendredi le ministre congolais des Affaires étrangères, Alexis Thambwe Mwamba.

Un pas vers la paix

Joseph KabilaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila

Photo : AFP / GIANLUIGI GUERCIA

Selon une source diplomatique citée par l'Agence France-Presse, le président congolais Jospeh Kabila et l'ex-général Laurent Nkunda ne se rencontreront pas pendant cet événement.

Cette rencontre constitue un progrès pour la situation dans l'est de la RDC. Jusqu'ici, toute tentative de rapprochement entre Kinshasa et la rébellion du CNDP achoppait sur le fait que Laurent Nkunda réclamait des négociations directes, alors que le gouvernement congolais désirait inclure tous les groupes armés de la région dans le processus.

Les rebelles du CNDP ont infligé de cuisants revers à l'armée congolaise et à ses milices dans le nord-est de la RDC à l'automne. Après s'être emparé d'une partie importante du Nord-Kivu, Laurent Nkunda avait stoppé son offensive le 31 octobre dernier aux portes de la ville de Goma, où il a décrété un cessez-le-feu unilatéral.

Les combats ont cependant continué dans plusieurs localités où les troupes du CNDP ont eu maille à partir notamment avec la milice Mai-Mai et des rebelles hutus rwandais fidèles aux intérêts de Kinshasa.

Cette nouvelle flambée de violence qui embrase le nord-est de la République du Congo depuis trois mois a fait, selon l'ONU, plus de 250 000 réfugiés et donné lieu à de nombreuses exactions contre les populations civiles autant de la part des rebelles que de l'armée gouvernementale congolaise.

Le nombre de personnes déplacées passe toutefois à plus de un million si on tient compte des autres combats qui ont eu lieu dans la région depuis deux ans.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.