•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un 58e siège pour les démocrates

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La défaite du sénateur républicain Ted Stevens en Alaska permet aux démocrates de s'approcher de la majorité de 60 sièges qui permettrait d'éviter des manoeuvres obstructionnistes de la part des républicains.

Aux États-Unis, le Parti démocrate s'est vu adjuger un 58e siège au Sénat mardi. Le parti s'approche ainsi du nombre magique de 60, qui lui permettrait de faire adopter des projets de loi sans que le Parti républicain puisse se livrer à des mesures obstructionnistes.

La plus récente victoire du parti est survenue en Alaska, où il a été confirmé que le maire d'Anchorage, Mark Begich, a défait le sénateur Ted Stevens, le républicain ayant les plus longs états de service à la Chambre haute.

Le sénateur Stevens, qui a été reconnu coupable de corruption à quelques jours du scrutin, était donné en avance le soir du vote, mais cette faible majorité a été renversée par le décompte des votes par anticipation.

Tous les yeux de la classe politique américaine se braquent maintenant sur le Minnesota, où un dépouillement judiciaire s'est mis en branle mercredi, et sur la Georgie, où aucun candidat n'a obtenu 50 % des voix le 4 novembre, entraînant du coup un deuxième tour qui aura lieu le 2 décembre.

Second dépouillement en cours au Minnesota

Au Minnesota, après un premier dépouillement des quelque 2,9 millions de votes enregistrés, le républicain Norm Coleman détient une avance d'un peu plus de 200 voix sur son adversaire démocrate Al Franken, connu pour avoir été membre de l'équipe de Saturday Night Live pendant quelques années.

Le recomptage manuel qui commence est obligatoire: la loi électorale de l'État l'impose dans les cas où l'avance du vainqueur est inférieure à 0,5 % des suffrages exprimés. Selon Associated Press, le processus pourrait durer plus de deux semaines.

Un litige porte actuellement sur les votes par anticipation qui ont été rejetés au terme du vote. Al Franken soutient que le sort de ces votes devrait être réglé dans le cadre du recomptage; Norm Coleman croit pour sa part qu'ils devraient être laissés de côté et pris en compte seulement si Franken devait demander un dépouillement judiciaire. Les autorités de l'État n'ont pas encore pris de décision à ce sujet.

Deuxième tour en Georgie

En Georgie, la course se joue entre le républicain Saxby Chambliss et le démocrate Jim Martin. Les démocrates croient avoir une chance de sortir vainqueurs du deuxième tour et des ténors du parti sont conscrits pour fouetter les troupes.

L'ex-président Bill Clinton et son vice-président, Al Gore, doivent tous deux se rendre dans l'État cette semaine. Les 25 bureaux de campagne du président élu Barack Obama ont été convertis en bureaux électoraux pour Jim Martin. De nombreux organisateurs électoraux actifs dans d'autres États ont aussi été dépêchés en Georgie.

En obtenant 60 sièges au Sénat, les démocrates pourraient éviter des manoeuvres obstructionnistes de la part des républicains. À défaut d'obtenir ce nombre, des sénateurs du Grand Old Party pourront continuer à se livrer à la pratique dite de filibuster, qui permet à un membre du Sénat de parler sans arrêt de manière à empêcher un vote final sur un projet de loi donné. Les démocrates n'ont pas eu 60 sièges au Sénat depuis 1978.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.