•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À tribord, toute!

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les délégués conservateurs réunis à Winnipeg adoptent des résolutions controversées, dont une relançant le débat sur le statut du foetus lors du meurtre ou de l'agression d'une femme enceinte.

L'aile plus radicale du Parti conservateur du Canada s'est fait entendre, samedi à Winnipeg, en adoptant une série de résolutions controversées.

Un militant vote au congrès conservateur à WinnipegAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Les militants conservateurs ont d'abord ranimé le débat entourant le projet de loi privé C-484 du député Ken Epp, mort au feuilleton à la fin de la dernière session parlementaire. Ce projet de loi visait à faire en sorte que le meurtre ou l'agression d'une femme enceinte soit considéré comme un double homicide ou une double agression.

En donnant ainsi une identité juridique au foetus, le projet de loi avait suscité de vives réactions parmi les partisans du libre choix en matière d'avortement pour la femme.

Une militante qui a soulevé cette question a été huée par la majeure partie des 2000 personnes réunies depuis jeudi à Winnipeg, lors d'un débat enflammé. La proposition présentée par les militants de la Saskatchewan, reconnaissant « l'enfant à naître comme une victime lors d'une blessure ou du meurtre délibéré de la mère et de l'enfant », a par la suite été adoptée par 58 % des délégués.

Seules les délégations du Québec et de la Nouvelle-Écosse l'ont rejetée.

Le ministre de la Justice, Rob Nicholson, a voté en faveur de la proposition, tout en précisant qu'il déposerait un nouveau projet de loi à ce sujet au cours de la prochaine session parlementaire qui débute mardi. En août dernier, le ministre Nicholson avait indiqué que le nouveau projet de loi ferait de la mort du foetus un facteur aggravant en cas d'agression, mais que l'idée d'en faire un crime distinct était abandonnée.

La loi et l'ordre

Deux autres propositions en matière de justice ont obtenu la faveur des militants:

  • Tout individu reconnu coupable d'une troisième infraction violente grave au Code criminel, d'une infraction liée au crime organisé, d'un acte de terrorisme ou d'une infraction grave liée au trafic de drogue se verrait octroyer le statut de contrevenant dangereux et pourrait être condamné à la prison à vie;
  • Les personnes condamnées à perpétuité ne pourraient obtenir aucune libération conditionnelle avant 25 ans.

Les délégués conservateurs ont aussi adopté à l'unanimité une résolution suggérant au gouvernement de prendre des mesures contre le trafic de personnes.

Des centaines d'autres propositions ont été débattues, la plupart à huis clos. L'environnement, la santé, le droit de grève, l'agriculture, la réglementation des valeurs mobilières et la fiscalité des familles ont été certains des autres sujets abordés.

Avant de partir pour Washington et le sommet du G20, le premier ministre et chef du Parti conservateur, Stephen Harper, avait précisé que son gouvernement n'aurait aucune obligation de respecter les résolutions adoptées, et qu'il s'en tiendrait plutôt aux promesses contenues dans sa plateforme électorale.

Par ailleurs, quelques dizaines de manifestants opposés aux politiques conservatrices ont manifesté samedi à Winnipeg.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.