•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non à l'endettement

Manifestation Université de Moncton
Radio-Canada

Les étudiants universitaires au Nouveau-Brunswick manifestent pour dénoncer leur taux d'endettement et réclamer de l'aide du gouvernement.

Les étudiants de l'Université de Moncton au Nouveau-Brunswick ont manifesté jeudi midi au centre-ville de Moncton pour dénoncer leur taux d'endettement. Ils réclament des mesures fermes de la part du gouvernement provincial pour lutter contre cet endettement.

Les étudiants affirment qu'ils comptent une dette moyenne de 34 000 $ à l'obtention de leur diplôme. Ils ajoutent que ce montant surpasse de 10 000 $ l'endettement moyen des étudiants au Canada.

Les manifestants se sont vêtus de rouge pour symboliser leur endettement qu'ils qualifient d'excessif. Ils estiment que les actions menées par le gouvernement provincial pour réduire leur endettement sont décourageantes.

Les étudiants indiquent qu'ils ont tenté de convaincre le gouvernement, particulièrement au cours des deux dernières années, de les aider à réduire leur endettement. Ils soutiennent que le plan de réforme de l'éducation postsecondaire annoncé l'été dernier ne comporte aucune mesure pour les aider en ce domaine.

« Le gouvernement avait promis que les étudiants seraient au coeur, au centre de la réforme, puis ç'a été absolument le contraire. On a entendu le plan d'action qui est sorti le 26 juin dernier, on a vu un gros statu quo par rapport à l'endettement, et maintenant, il n'y a rien qui s'est fait depuis ce temps et les mesures mises en place par le gouvernement ne sont pas en train de régler le problème », déclare Tina Robichaud, présidente de la Fédération des étudiants du Centre universitaire de Moncton.

Les manifestants demandent au gouvernement de limiter l'endettement moyen des étudiants, notamment en leur offrant davantage de bourses.

« Ce serait beaucoup plus encourageant pour l'étudiant de commencer des études postsecondaires en sachant qu'il ne finira pas avec [une dette de] 40 000 $, 50 000 $. Puis, on pourrait s'assurer d'une baisse de la moyenne provinciale », affirme Tina Robichaud.

Mme Robichaud ajoute que la manifestation s'inscrit dans un mouvement provincial contre l'endettement des étudiants. Des étudiants d'autres établissements universitaires de la province ont aussi fait des gestes de protestation.