•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bac vert dans le rouge

Papier recyclé
En ces temps de crise financière, certains centre de tri n'arrivent plus à vendre le papier recyclé.

En ces temps de crise financière, certains centres de tri n'arrivent plus à vendre le papier recyclé et doivent même parfois payer pour s'en départir.

La crise financière touche durement les centres de tri et de recyclage du pays. La demande américaine et chinoise pour le papier et le carton est en baisse, ce qui entraîne une chute marquée des prix sur les marchés.

La Chine en achetait beaucoup pour emballer les produits qu'elle exporte. Or, avec la situation actuelle, l'Amérique achète moins de produits chinois et la demande des Asiatiques pour du papier à recycler, et même non trié, a fondu.

En effet, les Chinois peuvent trier les matières qui ne le sont pas, ce que l'on appelle de la récupération bas de gamme. Toutefois, les papetières du Québec boudent littéralement ce genre de produit qui peut contenir des plastiques et du métal. C'est pourquoi elles préfèrent s'approvisionner en Ontario, ou même aux États-Unis.

Une chute

Habituellement, une tonne de vieux papier se vend environ 100 $ sur les marchés mondiaux. Toutefois, depuis quelques semaines, les prix ont chuté. Et cette tendance est si importante que certains centres de recyclage ont même dû payer pour s'en départir.

Le directeur corporatif de l'entreprise Cascades, Pascal Aguettaz, explique que la faiblesse de l'économie mondiale est la raison de cette crise.

Le ralentissement de l'économie américaine a influencé les exportations de la Chine vers les États-Unis, et par définition, la production des produits d'emballage chinois. La résultante, c'est qu'aujourd'hui, les Chinois ont besoin de beaucoup moins de vieux papier pour faire tourner leurs usines.

Pascal Aguettaz

En attendant

Plusieurs centres de recyclage ont donc décidé d'entreposer le carton et le papier en attendant que les prix remontent sur les marchés. Mais cette solution pourrait prolonger la crise.

Il n'est pas question de mettre fin au recyclage du papier pour l'instant, mais une solution rapide à cette crise s'impose. D'autant plus que des milliers d'emplois dépendent de l'industrie du recyclage au pays. Entretemps, les gens sont invités à ne pas modifier leurs habitudes de recyclage.

Par ailleurs, Recyc-Québec reconnaît que pour survivre, les centres de tri devront améliorer leur travail et leurs méthodes de tri afin de répondre aux besoins des entreprises d'ici.

Les vieux papiers valaient de l'or il y a deux mois. Aujourd'hui, ils sont vendus pour presque rien. Le carton est passé de 120 $ la tonne à 10 $ et le papier journal est passé de 220 $ à 35 $.