•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Prolongement à l'étude

    La fin de l'autoroute 13

    La fin de l'autoroute 13

    Radio-Canada

    Transports Québec étudie la possibilité de prolonger l'autoroute 13 par un tronçon qui relierait les autoroutes 640 et 50; une première en 25 ans.

    Transports Québec a publié, le 3 novembre, un appel d'offres pour étudier, entre autres, la possibilité de prolonger l'autoroute 13 par un tronçon qui relierait les autoroutes 640 et 50 sur le territoire de Mirabel. C'est la première fois depuis 1983 que l'État étudie un tel scénario.

    À l'origine, l'autoroute 13 devait se prolonger jusqu'à l'aéroport de Mirabel, comme en témoigne un viaduc à Boisbriand, inutilisé depuis sa construction, en 1975.

    Une région en mutation

    Toutefois, la population des Basses-Laurentides a presque doublé depuis la construction de cette route. À cette croissance s'ajoute celle du secteur aéronautique, dont plusieurs entreprises sont implantées dans la région de Mirabel. Cette industrie pourrait créer jusqu'à 10 000 emplois d'ici 10 ans, et donc augmenter les besoins en matière de transport.

    Devant cette évolution, le maire de Mirabel, Hubert Meilleur, estime que son prolongement est devenu incontournable. À son avis, l'autoroute 13 « va devenir une réalité parce qu'on n'a pas le choix, on est rendus là ».

    Le maire compte sur l'élection de son épouse, Ritha Cossette, candidate libérale dans Mirabel, pour s'assurer de la concrétisation de ce projet.

    Une route pavée de critiques

    Le député adéquiste sortant, François Desrochers, ne voit pas les choses du même oeil: « Avant de créer une deuxième voie alternative, une autoroute, on devrait commencer à désengorger le trafic qu'on a ici par le train ».

    Alors qu'il brigue un nouveau mandat sous les couleurs de l'ADQ, il propose de prolonger la ligne de train de banlieue de Deux-Montagnes jusqu'à Mirabel. M. Desrochers évalue ce projet à 10 millions de dollars, comparativement à 80 millions pour l'autoroute 13. « En pensant au développement d'un réseau ferroviaire dans la région de Mirabel, on pense aux familles, on pense aux classes moyennes et on pense à tous les travailleurs du bassin de Montréal et de Laval qui pourraient venir travailler chez nous », estime-t-il en précisant que cela éviterait de mettre une « pression supplémentaire » sur les terres agricoles.

    Les écologistes, de leur côté, s'inquiètent du simple fait que Transports Québec étudie le prolongement de l'autoroute 13. Ils promettent de barrer la route à ce projet si le gouvernement l'entérinait.

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.