•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus chaud

Arctique-glace

Photo : AFP / Michael Kappeler

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis l'apparition des premières civilisations humaines, il y a environ 5000 ans, les changements climatiques ont été les plus marqués au cours des dernières décennies, estiment des océanologues américains.

« Le réchauffement que nous observons est sans précédent dans l'histoire humaine ». C'est dans ces mots que l'océanologue américain Charles Greene qualifie la situation planétaire actuelle.

L'expert de l'Université Cornell explique que les changements climatiques les plus significatifs depuis l'avènement des premières civilisations humaines, c'est-à-dire depuis 5000 ans, se sont produits dans les dernières décennies.

Ses travaux montrent que, depuis une cinquantaine d'années, la fonte des glaces et des glaciers arctiques a précipité l'écoulement d'eau froide et faiblement saline de l'océan Arctique vers l'océan Atlantique.

Les répercussions se font sentir jusqu'à la côte est américaine où des écosystèmes marins de Caroline du Sud se trouvent bousculés. L'étude publiée dans la revue Ecology montre que de nombreuses espèces végétales et animales se déplacent.

Ainsi, des algues microscopiques de l'océan Pacifique ont réapparu dans l'Atlantique Nord ces dix dernières années après plus de 800 000 ans d'absence.

Pour en arriver à ces observations, l'équipe du chercheur Greene a analysé les données climatiques à partir de carottes de glace et de couches sédimentaires portant sur les 65 derniers millions d'années.

La Terre a connu, depuis, plusieurs épisodes de réchauffement et de refroidissement majeurs qui ont été largement atténués par l'expansion et la contraction des glaces arctiques.

Cette étude montre aussi qu'avec le réchauffement, de nombreuses espèces du nord se sont en fait déplacées vers le sud, contrairement à ce qu'attendaient la plupart des écologistes.

Charles Greene

En outre, le refroidissement périodique des eaux du plateau continental peut allonger les saisons de croissance du phytoplancton et de petits crustacés qui ensemble constituent la base de la chaîne alimentaire marine.

De tels changements provoqués par les variations climatiques peuvent altérer l'ensemble de la structure des écosystèmes des plateaux continentaux.

Charles Greene

L'exemple de la morue

L'océanologue explique que les morues, dont la forte diminution dans l'Atlantique Nord a résulté de la surpêche, n'ont pas pu se reconstituer en partie à cause des eaux plus froides à Terre-Neuve venant de l'Arctique depuis les années 1990.

Selon lui, ce poisson ne peut pas se développer et se reproduire aussi rapidement dans des eaux plus froides. Son déclin a entraîné un accroissement de plusieurs espèces de crustacés, comme des crabes des neiges et des crevettes dont il se nourrissait.

Alors que le climat change, il va y avoir des gagnants et des perdants, à la fois pour les espèces animales et végétales et dans différents groupes de personnes.

Charles Green

Si les changements se poursuivent dans l'Arctique et l'Atlantique Nord, prévient Charles Green, les modifications dans la circulation des eaux océaniques pourraient se produire à l'échelle du globe avec des conséquences sur le climat mondial et la biosphère.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Université Cornell

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.