•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture pour une durée indéterminée

Usine de Chambord
Usine de Chambord.

Louisiana Pacific ferme son usine de panneaux OSB de Chambord. Quelque 130 travailleurs perdent leur emploi pour une durée indéterminée.

Comme elle l'avait annoncé en septembre dernier, la direction de l'entreprise Louisiana Pacific a finalement mis la clé sous la porte à son usine de panneaux OSB de Chambord jeudi, provoquant la mise à pied de quelque 130 employés pour une durée indéterminée.

Les travailleurs de l'usine se retrouvent sans emploi au moins jusqu'en 2010. Cependant, Louisiana Pacific a d'ores et déjà expliqué que la fermeture de l'usine pourrait être prolongée si les conditions du marché ne se redressent pas s'ici 2010.

Du côté des employés, le moral est bas. « Ils ne sont pas capables de se faire à l'idée de l'impact qu'il va y avoir tantôt. Mais c'est clair que c'est une journée qui est triste », affirme Evans Simard, président du Syndicat des employés de l'usine de Louisiana Pacific de Chambord.

La fermeture de l'usine inquiète également les commerçants de la région de Chambord.

Appel aux politiciens

Le président du Syndicat des employés de l'usine de Chambord et le maire de la ville, Bruno Laroche, entendent profiter de la présente campagne électorale pour interpeller les partis politiques quant à l'avenir de l'usine de Chambord.

« Que ce soit un parti ou l'autre, j'espère que ces partis-là vont se mettre avec nous autres pour essayer de nous aider à redémarrer cette usine-là », lance M. Simard.

Ce dernier souhaite également qu'Ottawa vienne en aide aux travailleurs de Chambord. « J'espère que M. Lebel va se mettre de la partie pour nous aider. Comme ministre du Développement économique, je pense qu'il doit avoir des moyens assez substantiels pour pouvoir nous aider », affirme M. Simard.

« C'est un joyau au niveau de la transformation du feuillu dans la région. Ils n'auront pas le choix de parler de ce qui se passe dans les régions. C'est aussi important que d'essayer de sauver le Grand Prix de Montréal », plaide de son côté M. Laroche.