•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sceptiques seront confondus

Jean Charest à l'Assemblée nationale

Jean Charest est applaudi par son équipe à l'Assemblée nationale.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le premier ministre Jean Charest se rendra mercredi matin chez le lieutenant-gouverneur pour lui demander de dissoudre le Parlement et de déclencher des élections générales.

Difficile de douter que des élections générales seront déclenchées mercredi au Québec. D'ailleurs, l'atmosphère typique d'une dernière journée de classe qui régnait lors de la période des questions à l'Assemblée nationale était fort révélatrice.

Mardi en après-midi, tandis qu'il répondait à l'opposition, le premier ministre Charest a été on ne peut plus clair. Déjà, il appert que l'économie sera l'enjeu principal de la campagne.

Il veut un débat sur l'avenir de notre économie, monsieur le président, il y a une bonne façon de le faire ce débat, c'est de s'assurer que tous les Québécois sachent où tous les partis politiques campent à l'Assemblée nationale du Québec et que tous les Québécois puissent également choisir ceux et celles qu'ils croient être les meilleurs pour gérer l'économie du Québec, qui a le meilleur plan et qui a la meilleure équipe.

Jean Charest

Autre indice qui ne ment pas, le premier ministre Jean Charest se rendra mercredi matin à 9 h 45 chez le lieutenant-gouverneur Pierre Duchesne. De toute évidence, ce sera pour lui demander de dissoudre le Parlement et de déclencher des élections générales.

Cette visite aura lieu après une séance du Conseil des ministres. La table est donc mise pour que démarre officiellement une nouvelle campagne électorale.

Par ailleurs, au moins deux partis ont déjà annoncé le départ de leur caravane mercredi. C'est le cas de Québec solidaire et du Parti québécois.