•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déprime sur les marchés

La bourse de Koweït City

Photo : AFP / YASSER AL-ZAYYAT

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À l'approche d'une récession mondiale, les cours du pétrole continuent de flirter avec des creux de 18 mois. Les prix à la pompe sont descendus dans plusieurs villes du pays sous la barre du 1 $.

Mardi, le baril de pétrole brut a connu une hausse, encouragé momentanément par le recul du dollar américain et la hausse des grands marchés européens.

À New York, il a atteint 70,53 $US, une hausse de 6,62 $US. À Londres, le Brent de la mer du Nord a bondi de 5,96 $US, à 66,44 $US. Plus tôt dans la journée, il était pourtant descendu pendant quelques heures sous la barre symbolique des 60 $US.

Avec un peu de recul, cependant, on constate que les cours du pétrole sont mis à mal par le ralentissement de l'activité économique un peu partout dans le monde.

Le premier consommateur mondial d'or noir, les États-Unis, voit son économie ralentir depuis plusieurs semaines, ce qui laisse entrevoir une forte chute de la demande pour les produits pétroliers.

Et vendredi, les chiffres mensuels de l'emploi aux États-Unis sont attendus avec anxiété par les spéculateurs.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole, l'OPEP, a récemment décidé de réduire sa production de 1,5 million de barils par jour dans l'espoir de rééquilibrer les marchés et de faire grimper les prix. Jusqu'à présent, tout indique que cette mesure n'a pas porté fruit.

Bonne nouvelle pour les automobilistes

La déprime actuelle des cours du pétrole ne devrait toutefois pas se transmettre aux automobilistes canadiens qui assistent, depuis quelques jours, à une baisse considérable des prix à la pompe.

Ainsi, le prix de l'essence dans plusieurs villes du pays s'établissait, mardi, bien en dessous d'un dollar le litre.

À Toronto, l'essence se vendait en moyenne à 84 ¢ le litre, tandis qu'à Montréal, au même moment, on pouvait faire le plein pour environ 91 ¢ le litre.

Au cours des dernières semaines, les prix à la pompe ont fléchi de près de 50 ¢ le litre.

Avec les informations de Agence France-Presse

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.