•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Hells arrivent au bout de leur peine

Vincent Lamer
Radio-Canada

L'ancien motard criminalisé Vincent Lamer a convaincu les commissaires des libérations conditionnelles qu'il a changé de vie.

Un ancien membre des Hells Angels, arrêté dans l'opération Printemps 2001, a obtenu sa libération conditionnelle mardi. Vincent Lamer a convaincu les commissaires qu'il avait tourné le dos à la criminalité pour se tourner vers le droit chemin.

En pleine guerre des motards dans les années 90, Vincent Lamer constituait un rouage important au sein de l'organisation de motards criminalisés. À la tête d'un important réseau de trafic de drogue, il était un homme de main des Hells. « Vincent Lamer a fait carrière dans les Rockers, il travaillait pour la grande organisation, il faisait les mauvais coups, les menaces, la collecte d'argent, les bagarres », explique le spécialiste des affaires criminelles, Michel Auger.

Quelque temps avant son arrestation, M. Lamer a quitté les Hells Angels. Il a tout de même été arrêté et condamné à 10 ans et demi de prison. Grâce à sa conduite irréprochable au cours de son incarcération - il a notamment fait du bénévolat - et à son plan de carrière lors de sa sortie de prison, il a obtenu l'assentiment des agents de libération conditionnelle.

M. Lamer prévoit exploiter l'entreprise de camionnage qu'il a mise sur pied avec sa conjointe. Seule ombre au tableau, il a utilisé l'argent du crime pour lancer cette entreprise. La compagnie est toutefois légale et elle lui permettra de gagner sa vie honnêtement, réplique l'ancien motard.

Un argumentaire moralement douteux, selon les commissaires, qui ont tout de même décidé de lui accorder une chance de s'en sortir.

D'autres anciens Hells Angels, comme Alain Dubois, ont été libérés depuis l'an dernier, mais les principales têtes d'affiche demeurent incarcérées. Maurice Boucher, Gilles Mathieu, Denis Houle, Normand Robitaille et René Charlebois sont à des années d'une libération. Mais d'autres motards, condamnés à des peines plus clémentes, sortiront de prison au cours de l'année qui vient et ils ne sont pas tous réhabilités.