•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Adieu Mumba

mumba-necro
Radio-Canada

Le zoo de Granby perd son plus vieux pensionnaire avec la mort de son célèbre gorille des plaines, qui a rendu son dernier souffle à l'âge vénérable de 48 ans.

Le zoo de Granby est en deuil. Son plus vieux pensionnaire, le gorille Mumba, est mort mardi à l'âge de 48 ans.

C'est un gardien qui a constaté son décès lors de sa tournée matinale mardi. L'animal semble être mort de vieillesse, puisqu'il était dans la même position qu'il prenait habituellement pour dormir.

Le grand singe était arrivé au zoo en 1961 alors qu'il n'avait que 15 mois, en provenance d'une forêt du Cameroun.

Dans la nature, les gorilles des plaines ont une espérance de vie de 35 à 40 ans.

Mumba était devenu au fil des ans un véritable ambassadeur pour le Zoo de Granby. Selon l'institution, il a vu près de 20 millions de visiteurs pendant son existence.

La retraite

Depuis deux ans, il présentait plusieurs problèmes de santé reliés à son âge avancé et n'était plus visible par les visiteurs.

Son état de santé était stable et rien ne laissait présager sa mort.

Le zoo a immédiatement entrepris des prélèvements destinés à des fins scientifiques. La dépouille sera éventuellement exposée au Musée canadien de la nature à Ottawa.

Selon les experts, Mumba était un très beau spécimen de son espèce. Lors de sa dernière pesée en 2002, il frôlait les 217 kg.

Mumba possédait un bagage génétique unique puisqu'il provenait de la nature. Des tissus de Mumba étaient d'ailleurs conservés depuis plusieurs années à des fins de recherche.

Sans descendance

Le zoo avait tenté de lui présenter quelques femelles. Zira et Caroline ont déjà partagé la vie de Mumba, et Zira semblait particulièrement bien s'entendre avec lui.

Il y avait même eu accouplement en 1998, mais sans succès.

Les femelles gorilles qu'on lui a présentées ne semblaient jamais l'intéresser. Ses soigneurs pensent que son éducation « humaine », en serait la cause.